Jésus a dit "Le Royaume de Dieu est en toi et tout autour de toi, pas dans des palais de bois ou de pierre"

Jésus dit "Fend le bois je suis là; soulève la pierre et tu m'y trouveras!"

www.unisson06.org/dossiers/religion/ecrits_spirituels/christianisme/evangile_thomas.htm

samedi 11 février 2012

LaPresseGalactique.com

LaPresseGalactique.com


PENSÉE DU JOUR

Posted: 10 Feb 2012 09:03 PM PST

Lorsque vous jouerez au jeu de Et si ?, cherchez des choses qui vous font vous sentir mieux. Il n'y a jamais de situation sans aucune porte de sortie — mais, par habitude, la plupart des gens continuent de choisir le point de vue du « manque » jusqu'à finir par se retrouver là où il leur semble ne plus avoir le choix. Mais en entretenant votre intention de chercher des preuves de Bien-Être et de prospérité et de succès et de bonheur, vous allez vous régler sur la vibration de ces choses — et ainsi cette expérience de vous sentir bien va dominer votre vie.
 

Le facteur "SI" : une balle courbée qui arrête la joie sur son parcours.

Posted: 10 Feb 2012 09:02 PM PST

Cliquer pour téléchargez Ascension Spirituelle 101
Inelia Benz

Le facteur " SI " est cette situation nécessaire qui nous rendrait heureux. Prenons l'exemple, « Si je rencontre LA personne, je serai complète ». Le problème est le suivant : jusqu'à ce qu'on libère ce " SI " , on ne pourra jamais être complet. Puis on croit : « Cela veut dire que je dois abandonner mes rêves pour être heureux ? Je ne veux pas faire ça. À quoi la vie sert-elle sans rêves ? » ; ou une autre pensée semblable. Et c'est ainsi que le facteur " SI " nous attrape. Vous voyez, ce n'est pas le résultat visé dont on doit se libérer, c'est la dépendance au résultat ; c'est le " SI " que l'on veut laisser aller afin d'être complet.

Notre résistance est notre refus à être heureux, ou complet - à MOINS QUE l'on obtienne le rêve convoité. C'est comme si on punissait quelqu'un ou quelque chose, le retenant jusqu'à ce qu'on ait notre manière de faire. On pourrait aussi bien dire « Je refuse d'être complet jusqu'à ce que je rencontre LA personne ». Au moins, cette façon de penser a le mérite d'être plus honnête. Et si on changeait pour dire « Je suis complet et prêt à rencontrer LA personne. Cette résistance à libérer le rêve, le rêve qui est le " SI " extérieur qui nous rendra heureux - ce refus de laisser aller la condition pour devenir heureux et complet – voila l'énergie qu'on doit traiter.

La plupart d'entre nous avons une longue liste de " SI " à compléter avant de devenir complet. Par exemple :

Je serai heureux si je gagne à la loterie.

Je serai complet quand mon corps sera _____ (mince, masculin, féminin, parfait …)

Si j'ai un enfant.

Si je divorce.

Si la pluie s'arrête.

Si j'étais plus psychique.

Si je rencontre mon âme-sœur.

La liste pourrait continuer ici.

Évidemment, il y a des choses dans notre environnement, ou manquant dans notre environnement, qui peuvent nous rendre malheureux. Manque de nourriture, d'eau, d'abris, de chaleur humaine ; tous des besoins humains de base. Mais le niveau de confort qu'on en retire est physique. Quelques-uns sont nécessairement pour notre survie ; on ne peut s'en  passer. Ils n'ont pas à être là pour nous, pour que l'on soit heureux ou complet. Toutefois on a trébuché sur un programme culturel, social ou autrement appris, et qui nous dit qu'ils sont absolument requis pour notre bonheur. Le refus de laisser aller ce programme, ce rêve, est ce qui nous empêche d'accomplir notre plénitude.

Vous voyez : c'est le besoin du rêve ; c'est le besoin qui nous retient ; pas le rêve lui-même.

Le truc est de ne pas chercher la plénitude à l'extérieur de soi. Par exemple, au sujet de l'âme-sœur. Il est mieux d'être heureux et complet, et de vouloir partager le bonheur et la plénitude avec quelqu'un qui veut aussi partager cette plénitude et ce bonheur avec soi. Plutôt que d'exiger de quelqu'un qu'il nous rend heureux, ou qui nous offre de le rendre heureux. Même si ce n'était que par leur seul présence. Ces deux derniers ne fonctionnent JAMAIS très longtemps.

Une autre balle courbée est dans la manifestation de croyances dans la culture. On pense que si « je laisse aller le rêve, je ne pourrai pas le manifester ». Ou, « quand je réalise le rêve, cela ne me rendra pas aussi heureux qu'il aurait dû ».

Voici l'exemple parfait qui illustre comme cela fonctionne. Prenons un " SI ". Pensez au plus gros souhait, au rêve du " SI " de votre vie aujourd'hui. À présent, libérez-le. Voyez-vous la résistance ? Trouvez-la dans votre corps et, regardez-la. Ne faites que la regarder. Il s'agit en fait de la résistance à libérer le " SI " qui vous empêche d'accomplir le rêve.

Au fond de soi, on sait qu'il n'y a aucune influence extérieure qui nous rendra heureux ou complet ; pas pour très longtemps, de toute façon. Donc quand on a le bonheur rattaché au résultat visé, on n'atteindra jamais ce résultat.

Un meilleur exercice est, pendant quelques minutes par jour, fermez les yeux et sautez dans la plénitude et dans le bonheur. Ne regardez pas ce qui en est la cause ; plutôt, être simplement dans cet état-là. On peut atteindre cet état en imaginant avoir réalisé notre " SI " . C'est le temps, maintenant. Puis, en ressentant notre bonheur et notre joie, on libère le " SI " ; et fusionnez simplement avec le bonheur et la joie ressentis, devenant en état de plénitude. Ceci permet à notre moi supérieur, à l'univers et à la vie de manifester la joie, le bonheur et la plénitude de plusieurs façons, de toutes les façons ; toujours ; et de façons qui sont 100 fois meilleures que le " SI " dont nous avions rêvé.

Pouvez-vous libérer vos rêves afin de recevoir quelque chose tellement plus gros que ce que vous pouviez rêver d'obtenir ?

Traduit par Jacqueline pour ascension101.com et LaPresseGalactique.com

L’éclosion

Posted: 10 Feb 2012 09:01 PM PST

Extrait de l'ouvrage de Pascale Arcan «  Le Royaume du Levant »  © www.editionshelios.com

Ainsi, la Graine de Lumière s'éveilla tout doucement et se mit à penser : « Où suis-je, quelle est cette nouvelle réalité, vais-je me souvenir de Qui je suis ou vais-je oublier encore ma grandeur et ma splendeur éternelle ? »

Embrumé dans ses questions, les jours passèrent et la vie, bien au chaud, se fit douce, car il était si attendu, si désiré, ce nouveau-né, qu'aucune brume ne pouvait détruire ce château rempli de douceur et d'amour…

Puis l'instant advint où ce fut le moment de découvrir les mystères de la Vie, une nouvelle fois, mais depuis combien de fois déjà. Ce fut l'heure de voir le jour, de découvrir cette planète et ce lieu magique où l'enfant devait renaître à lui-même, déjà fier de son savoir et de son bagage. Tout se passa comme prévu, et la naissance eut lieue, avec un cri divin qui mit le souffle de l'éternité dans les petits poumons de l'être découvrant son nouveau monde.

Même si ses yeux restaient souvent clos, il écoutait cette vie et se familiarisait avec des voix, avec des odeurs, avec des moments de caresses comme ceux de la toilette ou encore de bercements, lorsqu'il comprenait qu'il lui suffisait de crier pour avoir à manger, être dorloté ou de nouveau changé. Tout cet univers était inédit, il ne correspondait en rien à ce qu'il avait déjà connu ailleurs. Même cet ailleurs, il l'avait déjà oublié. Plongé au cœur de sa nouvelle expérience, tout un décor se mettait en place et il l'apercevait au fur et à mesure que ses yeux le lui permettaient, entre deux siestes. Ou encore lorsqu'il passait de bras en bras et que les senteurs se différenciaient. Et même la vision des étoiles qui brillaient autour de ces êtres était différente, parfois bien pâles, d'autres fois si scintillantes. Mais aussi, il découvrit l'absence de vie, com-me si l'être était né sans emmener avec lui son bagage de souvenirs et sa re-connaissance.


Lorsqu'il se trouvait tout proche d'un ami si vide de tout, il savait qu'il lui offrait un peu de sa sève et qu'il lui transmettait sa force. Mais elle n'était pas toujours accueillie comme une manne. Elle était parfois rejetée car trop impropre à la vie de ce personnage en douleur. De temps en temps, il distinguait mille joyaux qui virevoltaient autour des êtres aux regards de lumière et, pour lui, c'était comme un retour dans sa maison et dans son espace.
Les années de vie sur la planète Terre, où il avait élu domicile, passèrent très très vite et ce garçon grandit avec timidité, mais aussi avec la conviction profonde qu'il avait dû se tromper de monde et que, ma foi, cette expérience-là n'était pas vraiment à son goût. Cependant, ne pouvant pas faire autrement, il continua à se bagarrer avec ses frères, maudire parfois ses sœurs, et à rechercher des endroits où se cacher, puis faire des cabanes pour s'enfermer chez lui, refusant de temps à autre la compagnie de garçons de son âge, car trop fous, trop agressifs ou méchants. Tout son être tendait maintenant vers les étoiles et il aimait s'immerger dans ce firmament pour se laisser bercer par leurs symphonies, imaginant qu'un vaisseau, rempli de gentils bonhommes, viendrait enfin le récupérer et le sortir de cette mauvaise farce.
Les années ont continué à passer et aujourd'hui encore il regarde le ciel souvent. Il est un peu à part, mais ne se sent pas marginal pour autant, bien qu'il n'ait jamais accepté le fait de vivre sur ce monde, qui n'est pas son monde. Il rêve toujours, et parfois s'enlise dans les artifices que lui procure cette vie, bien fade, bien morne, même inutile.

Alors, j'aimerais lui dire, à cet enfant des étoiles, que la vie n'est pas la Vie, que le passage est pour bientôt et que la fin de cette expérience se doit d'être un feu d'artifice en son honneur. Ce couloir, dans ce chas de l'aiguille, ou par le trou de la serrure, est la dernière étape qui reste à accomplir. Mais il a et aura toujours le choix, celui de garder aux pieds ses bottes crottées de boue ou de chausser ses nuages roses. Il aura toujours le choix de rester triste et grave ou de lever enfin les yeux, non pas vers les étoiles, mais vers Sa grandeur. Celle-ci ne désire plus se complaire dans une plainte sans fin qui repousse quiconque voudrait s'associer à sa vie, et qui détruit sans cesse une parcelle du merveilleux qui dort en lui. Le moment est venu de faire des choix. Mais pas à la force du poignet, pas en y mettant un dernier coup de pioche. Ces choix sont réalisables avec la belle partie de son être qui n'a jamais souffert de quoi que ce soit, et qui a grandi en lui, comme une fée douce et belle et qui n'a jamais cessé de l'aimer.

Cette fée de l'Amour le regarde avec tendresse, compassion, et a attendu ce jour, celui du réveil, avec une immense tendresse. Elle s'est laissée emporter par les tourments et les violences parfois. Elle a goûté à tous les interdits de cette planète et a aussi désiré tous les moments de beauté et de douceur qu'elle a vu passer près d'elle. Cette fée s'est réveillée en toi, cher Ami, et elle te demande de la regarder avec tes yeux, ceux qui voient au-delà du firmament, plus loin encore que cet univers qui sait avouer que l'infini est merveilleux et bon. Cette dame ailée est venue te dire combien elle t'aime et combien elle a attendu le moment de ton éclosion avec tendresse. Elle sait que tu peux encore choisir la souffrance et non pas la merveille. Elle sait que tu peux décider de finir cette expérience dans les bas-fonds de ton cœur meurtri. Elle sait aussi que tu peux étendre ton bras et balayer d'un coup la table que tu as dressée entre elle et toi, et qui n'offre aucun mets succulent, juste de fausses douceurs, amères et si destructrices.
Cette fée va attendre ton bon vouloir, ton bon pouvoir et elle va t'aider de son silence et de son respect. Elle te connaît de toute éternité et voyage avec toi si souvent. Tu es son chevalier de noce des étoiles, tu es son partenaire de jeux multiples et tu es le bout de sa Vie tant éparpillée et mille fois recommencée, dans un temps qui n'existe qu'ici, et dans une éternité sans début ni fin.

Que vas-tu choisir, Ange humain ? Que vas-tu mettre sur ta table, comme nourriture exquise à partager ? Que vas-tu offrir à ta grandeur comme découvertes à expérimenter ? Ce n'est pas parce que tu as choisi un rôle, à un moment donné, que tu ne peux pas en changer en cours de chemin. Tu as tous les droits et tu as aussi tous les devoirs. Ceux qui vont embrasser le nouveau Toi et ceux qui peuvent anéantir le véritable Toi. Tout ceci peut paraître difficile, ou même insoluble, quand tes bottes sont encore dans la boue de tes larmes d'enfant, d'adolescent et d'adulte. Mais aucune larme ne peut cacher la beauté que tu es et la grandeur que tu portes en toi. Même si tu te trouves insignifiant ou stupide, tu n'en restes pas moins Dieu, le Tout, la majesté suprême qui gouverne chaque élément et qui fait, de par sa Présence, que la Création joue à merveille.

Vois-tu comme tu es beau et comme tu es grand ? Ressens-tu comme la fée qui est en toi, t'attend depuis l'éternité de ce temps terrestre ? Comprends-tu que les artifices ne sont que des leurres qui ferment tes yeux à l'éclat, à la réalité de ta grandeur ?

Je pense qu'il te faudra juste quelques secondes pour comprendre que je parle de toi, l'Ami, et pour reconnaître qui je suis, grâce à cette lueur que j'ai vu briller dans tes yeux, le jour où je t'ai rencontré. Je crois que tu sais tout ce dont tu as besoin et qu'il te reste à choisir entre le noir et le blanc, entre la lumière et l'ombre, la joie ou le manque, la beauté ou la laideur, l'humour ou la rancœur. Et la liste peut être si longue lorsque l'on oublie combien nous sommes tous indispensables, même si identiques, comme chaque grain de sable sur la plage de notre histoire.

Il est l'heure du réveil pour tous. Il est temps de se frotter les yeux et de se dire : « Bien, que vais-je expérimenter en cette fin de cycle ? Que vais-je vivre selon Ma volonté ? Que vais-je construire ou réparer pour que cela Me ressemble enfin ? » Tout ceci appartient à chacun et le réveil peut être vécu comme une grande souffrance, mais rien ne sera jamais « raté ». Tout a toujours été parfait dans la perfection de ce que nous sommes, et tout restera ainsi afin que chacun puisse vivre son élévation dans des habits tous différents. Mais il est vrai, qu'à un moment donné, il sera possible de modifier le costume et de mettre un peu de dorure ou encore des lucioles pour s'habiller d'étoiles et les côtoyer de bien plus près. Fuir serait choisir l'option de regretter un jour. Se réjouir de tout serait l'option d'être heureux de rien. Que choisis-tu, que choisissez-vous ?

Il est l'heure de se poser les bonnes questions, c'est-à-dire de trouver l'endroit qui va accueillir votre beauté et peut-être déménager de votre lieu de vie. Il est temps de choisir vos compagnons de route et peut-être d'en changer. Il est l'heure de modifier tout ce qui ne vous convient plus dans votre expérience actuelle, pour ne garder que ce qui va passer la barrière de l'illusion pour se retrouver dans la nouvelle réalité. Il est temps de bouleverser l'ordre établi et de mettre à la place votre volonté, votre savoir, votre énergie nouvelle, et surtout, tout votre amour. Celui que vous avez gardé en réserve sans le savoir, celui que vous avez caché au fond de votre cœur pour vous en servir un jour. Il est temps enfin de vous aimer à en perdre la raison et de vous voir infini, sans limite aucune.

Laissez s'amuser encore ceux qui aiment cette farce plus que tout au monde. Laissez ceux qui se complaisent dans les doutes, les affirmations, les mensonges, les calomnies. Ils n'ont pas trouvé encore le chemin et peut-être qu'ils ne voudront jamais l'emprunter. Car tous savent, dans leur majesté, le rôle qu'ils sont en train de jouer. Mais lorsque vous aurez ouvert les vannes de l'amour, chacun se retrouvera dans l'autre monde, l'autre réalité, et tous vous reconstruirez ce destin, ce lieu, cette nouvelle expérience, ce nouveau terrain de jeu avec de nouvelles données. Il n'est pas utile, pour cela, de quitter votre corps, de quitter ce lieu de vie, juste de vous souvenir de Qui vous êtes pour vous appliquer à vous distraire différemment, avec des idées neuves.

Ce futur, vous l'avez au bout de vos doigts, il est donc très proche. Mais il restera invisible à votre regard tant que vous en aurez peur. Il se dissimulera aux yeux des plus farouches, à ceux qui continueront à prier, à ceux qui ne se croient capables de rien, à ceux qui préfèrent la couleur sombre aux frivolités lumineuses. Ce futur qui n'a de nom que dans notre vocabulaire et qui rit déjà de vous, car   dans votre présent de chaque jour. Il est de toute éternité et s'appelle peut-être encore « potentiel ». Il attend juste que vous lui portiez attention pour se manifester enfin. Puis, chaque personnage, dans son individualité, voudra créer son futur, et chacun aura raison du choix qu'il fera. Car, tous, dans votre multitude, vous avez la possibilité de rester unique et merveilleux dans vos rôles respectifs.

C'est ainsi que se construiront les nouvelles cités, riches de vos grandeurs et repeintes de votre amour. C'est alors que l'on trouvera d'autres façons de faire pour que les échanges entre individus se multiplient et que la fausse monnaie devienne une main d'amour tendue en retour. C'est alors que refleuriront vos jardins avec ce que vous aurez envie d'y semer. Qu'ils soient intérieurs ou autour de vos demeures. C'est alors que chaque être trouvera sa place dans un monde sans maladie, sans manque, sans heurt, sans contrainte, sans peur, sans faux-semblant. C'est ainsi que, tout doucement, les perles de vos réalités construiront un nouvel Eden, une nouvelle terre. Peut-être sur le lieu même où vous vous trouvez, ou alors tout près de celui-ci qui se situe juste en parallèle. Tous les possibles vont s'offrir à vous si vous désirez les voir. Puisque personne ne sera obligé de quoi que ce soit, et personne ne pourra dicter le chemin de qui que ce soit. C'est dans le profond respect de chacun que s'équilibrera chaque être, chaque forme, chaque espace, chaque mouvement de vie. Et c'est dans l'amour que tout se construira sans fin.

Car il n'y a aucune limite, uniquement celles auxquelles l'on croit et qui pourraient nous asservir à une vie qui ne nous convient plus. Il n'y aucun personnage qui puisse venir à bout de notre joie, de notre félicité si nous ne lui ouvrons plus notre porte. Et nous avons tous le droit de faire ces choix. Celui de ne garder à côté de nous que le meilleur, que ce qui nous fait plaisir, que ce qui nous donne de la joie. Il est temps de faire la place au beau que nous avons toujours désiré, au merveilleux qui s'est installé sur le devant de notre porte. Il est temps de nous voir immenses et infinis. Et que chacun qui se souvient où il a caché sa baguette magique, se lève, et montre aux autres comment s'en servir. Mais, si l'enseignement est trop compliqué, laissez choir de suite ce nouveau professeur. Tout ne doit être que jeu et lutinerie. Et, si un jour, vous vous surprenez à pleurer d'ennui et à trouver que cette route est bien trop longue, prenez le temps de vous retourner et de regarder en arrière. Surprenez-vous de vous voir autant grandis, puis soyez très fiers de vous. Immensément fiers de vous être aimés comme des fous, radieusement heureux de vous être réveillés à Vous et joyeux à l'infini de rentrer à la Maison de Qui vous êtes, de toute Vie.
Je salue en vous votre bravoure et je salue tous ceux qui ont encore peur de ce lendemain, qui pourrait bien déjà être hier, n'est-ce pas ?

Je vous remercie de m'avoir suivie dans ce dédale de découvertes, pour certains, et de retrouvailles pour d'autres. Je vous remercie de m'avoir accueillie dans vos bras, dans vos maisons, sur votre cœur, dans le creux de votre main. Je suis la fée bleue et je vous aime de toute mon âme divine et de toutes mes profondeurs obscures. Je suis joyeuse d'avoir joué avec vous et j'aimerais que l'on se donne rendez-vous ailleurs, pour recommencer encore à croire que nous sommes perdus dans l'Infini qui nous regarde en souriant !

Ainsi, à bientôt, sur notre nuage de l'Amour, pour rire de nous et nous trouver merveilleusement beaux !

Extrait de l'ouvrage de Pascale Arcan «  Le Royaume du Levant »  © www.editionshelios.com
Proposé par l'auteur et publié par la LaPresseGalactique.com

Les Pyramides du monde envoient des rayons d’énergie vers un mystérieux nuage cosmique

Posted: 10 Feb 2012 09:00 PM PST

Source originale: http://beforeitsnews.com/
Traduction Marie-Louise
Publié par LaPresseGalactique.com

Même si la NASA a occulté le fait, qu'un étrange nuage de photons enveloppe à présent le système, certains scientifiques ont permis à l'info de fuiter.

Et maintenant, à mesure que ce gigantesque nuage s'approche, il affecte le soleil et les planètes de manière mesurable.

Étrangement, à mesure que cette énergie bizarre envahit notre espace, certaines des plus célèbres pyramides du monde sont en train de générer une énergie intense.

Plusieurs incidents incroyables de rayons d'énergie visible fusant vers le ciel en direction de l'espace, là où se trouve ce nuage photonique étranger, ont été largement documentés.

En même temps, des gens partout dans le monde commencent à entendre et à enregistrer des sons effrayants, des bruits qui donnent à penser que la Terre elle-même est en train de geindre et de  gémir.
Tous les phénomènes, y compris des mesure jamais vues auparavant d'électrification gigantesque du soleil agité, semble être centrés sur ce nuage photonique mortel  que certains ont appelé un événement cosmique potentiellement annonciateur de fin du monde.

 

Posted: 10 Feb 2012 09:00 PM PST

Don James Boudreau

Moins de messages, une plus grande invitation à revenir à Soi… L'ère des leaders extérieurs est terminée. Le leader est désormais intérieur. Revenir à Soi… En Sanscrit, Atma Vichara veut dire : enquêter sur sa vraie nature. S'il y a un sens à la Vie, n'est-il pas cette enquête intime et ultime ? Découvrir… littéralement… enlever la couverture… lever le voile devant mes yeux…

Si ma réalité est vraie pour moi, la réalité d'un(e) autre n'est-elle pas aussi vraie pour lui ou elle ? Ma réalité est un univers en Soi, tout autant que celle d'autrui. Il y a donc une multitude d'univers tous aussi vrais que le mien ! Qui suis-je donc pour juger la réalité d'autrui ? Je cherche… Alors, je me demande : Y aurait-il une Réalité qui les embrasse toutes ? Qui suis-je donc ?

La réalité de cet « individu » que je crois être serait-elle à remettre en question ? Serais-je prêt à envisager l'impensable… (comme à une autre époque, ce qu'on appelait l'hérésie…), c'est-à-dire, ne pas être le centre de mon univers… que ma terre ne soit pas réellement le centre de l'univers. Après tout, depuis qu'on sait que la terre n'est pas le centre de l'univers, a-t-elle disparu pour autant ? Ça n'a fait qu'ouvrir de nouveaux horizons ! Une nouvelle conscience…

Serais-je « pensé(e) »… !?! Mon intuition, mon ressenti me guident. Personne d'autre à croire.

Après 6 mois de pratique, un apprenti méditant qui cherchait à contrôler son mental alla voir son maître. Il lui dit : Maître, j'ai échoué, je n'y arriverai pas. J'abandonne, Je ne pourrai jamais arrêter mon mental de penser. Et le maître de lui répondre : BRAVO ! Tu as réussi !

L'élève, surpris, perplexe et incrédule le fixa sans comprendre… Et le maître ajouta : Avant d'arriver, tu étais identifié à ton mental. Tu viens de réaliser qu'il n'arrête pas. Quelle est donc cette partie de toi qui a vu que le mental n'arrête pas ? Ça ne peut être le mental ! N'y a-t-il pas cet Être en toi qui peut laisser le mental penser sans éprouver le besoin de s'y associer, sans avoir à s'y identifier ? Si tu réalises que ta pensée peut fonctionner sans que tu t'identifies à elle, à sa réalité, qui es-tu alors ? En est-il de même pour cette réalité physique, en dehors de toi ? Ça fonctionne… sans un toi identifié… En serait-il de même de cette identification à ton corps… et même à l'Univers que tu crois percevoir ? Tout cela ne fonctionne t-il pas par Soi-même ?

Si c'est mon mental qui analyse et synthétise, puis-je voir que c'est lui qui évalue et juge ? Mon jugement ne provient-il pas de ce mental, de son besoin de survie, de son besoin d'exister en tant qu'être séparé ? Certes il m'a été utile jusqu'à aujourd'hui. Il a assuré ma survie. Mais ai-je le goût de rester en mode survie ? Mon mental ne crée t-il pas son propre enfer par son besoin d'assurer sa survie en perception séparée ? Est-ce là pourquoi il demeure restreint, en survie ? Et maintenant, l'Unité s'éveillerait-elle à sa Vraie Nature à travers moi… Vivrais-je la connexion à la Vérité de l'Être que Je Suis ?

L'Être, dans son élan du Cœur, n'aspire t-il pas à libérer la Vie en lui ? En ce sens, suis-je prêt à accueillir l'impensable, l'insolite, l'inhabituel, l'anormal, ce qui se déploie, ce qui sort de la boîte…

À travers ma résistance, puis-je y déceler et embrasser mon ego qui se perçoit séparé et son arrogance. Au risque de choquer, voici trois vidéos m'invitant à voir ces résistances, mes peurs, mon conditionnement, ma programmation, des croyances limitantes... Suis-je en réaction ?

La différence… animée… et notre transe collective… http://www.youtube.com/watch?v=Fce5uG18ZTI
Une réalité en changement… Ai-je peur de l'inconnu ? http://www.youtube.com/watch?v=oQ6lS4Z2nvA
Pour moi-même, suis-je libre du regard d'autrui… et du mien ? http://vimeo.com/6779174

Si je suis partagé, c'est « normal » L'expérience de la dualité… Me faire vivre les conséquences de mes choix, libres… ou pas... en toute Liberté. En 2012, une première grande vague d'éveil… S'agirait-il de l'actualisation de notre puberté « kosmique »? Merci la Vie pour cet élan intime de liberté à la Vie, par la Vie, avec la Vie, en Vie.

De Tout Cœur
Don James Boudreau 
http://www.facebook.com/people/Don-James-Boudreau/100001894744730

Le Processus de la Présence

Posted: 10 Feb 2012 09:00 PM PST

Publié le 10 février 2012 par Le Passeur

Voici un entretien passionnant que je vous invite chaleureusement à regarder et surtout à écouter.

J'ai toujours beaucoup aimé la manière dont Michael Brown explore les mécanismes internes de l'être humain et sait mettre en lumière leurs ressorts. Il nous parle ici du processus de la Présence, des émotions enfouies, de la responsabilité, de l'amour, de la sexualité, avec la profonde humanité qui le caractérise. Une ode à la guérison.

Le Passeur. 

Michael Brown - Le Processus de la Présence – VO sous-titrées en français.



Pédagogie de l’éveil

Posted: 10 Feb 2012 09:00 PM PST

Gandha- Feu Océan
Laurence Vidal : – Peut-on parler de pédagogie de l'Éveil ?

Yolande – On peut en parler, si on veut… Mais, profondément, ça ne sert à rien. Car on aura beau en parler pendant des milliers d'années, tant qu'on ne le découvre pas par soi-même on ne peut pas le voir, on ne peut pas l'entendre.
Moi, j'ai envie de dire : soyez tout simplement ce que vous connaissez actuellement. Soyez honnête envers vous-même… Qu'aimez-vous en ce moment ? Que faites-vous ? Que sentez-vous ? Que pensez-vous, là, maintenant ? À ce qui est là pour vous, en cet instant, donnez-vous pleinement… Votre conscience individuelle est universelle, donc donnez-lui votre cœur et votre esprit. Ne pensez à rien d'autre… Quand cela se fait naturellement, sans effort, c'est le plus haut des états.

C'est « cette chose », Absolu, Réalité ultime, qui vous cherche. Et qui vous trouvera au moment où Elle l'aura décidé. Dans cet état au-delà de tout état, dans ce grand cœur qui bat éternellement, spontanément, vous découvrirez qui vous êtes vraiment…

Lire la suite sur http://du-tout-et-du-rien.blogspot.com/

Meredith Murphy - Reconsidérez la Réalité afin d'Expérimenter les Désirs de Votre Coeur

Posted: 10 Feb 2012 09:00 PM PST

Un Message des Elohim de Grâce canalisé par Meredith Murphy -

Vous êtes nombreux à vous demander si vous êtes sur la bonne voie et si vous vivez actuellement de façon à créer l'expérience que vous souhaitez avoir. Vous vous demandez si c'est en chemin, si cela va réellement se manifester, si vous faites en sorte que cela se produise et si vous faites vraiment 'ce qui est bien'.

Ce besoin de validation et de connaissance est une chose très saine. En substance, c'est une magnifique invitation. Il vous demande de développer la connexion à ce qui vous permet intérieurement de croire en quelque chose. Il vous dit que vous désirez avoir plus confiance dans votre vie et dans votre capacité de créer. Il parle à votre désir qui veut la démonstration de ce que vous croyez être vrai de façon pratique et réelle. C'est l'essence de la transparence de la vie qui se déroule dans la réalité actuelle pour un grand nombre d'entre vous : la nécessité de voir le reflet clair des mondes intérieurs et extérieurs. Ce qui en retour facilite la manifestation de ces expériences en développant la confiance en votre capacité de créer la réalité.


Les interdictions sont levées...

Posted: 10 Feb 2012 11:08 AM PST

Les interdictions sont levées dans notre monde à tous les niveaux. Cela fait partie de la montée en puissance que 2012 apportera à chacun d'entre nous, individuellement et collectivement. Cela brise les limites de ce que nous avons connues jusqu'à maintenant. Bon nombre d'entre nous se sentiront obligés d'exprimer ce que nous avons dissimulés aux autres jusqu'à maintenant et évacueront de notre corps toutes les dépendances et les habitudes qui ont étouffés nos ressentis et nous ont empêchés de voir clairement en nous-même. ~ ~ Lee Harris - Prévisions Énergétiques de Février – Résolutions et Équilibre Solaire
http://www.facebook.com/

NUAGES ÉTRANGES SUR LES PLAGES DE PANAMA CITY, FLORIDE

Posted: 10 Feb 2012 10:04 AM PST

Aucun commentaire:

Sil-te-plaît, pardonne moi

L'effet de vos pensées, de vos paroles

Et si nous créerions le monde autrement...

Méditation guidée

Méditer

Vibration de Saint Germain Le beau Danube bleu

Vibration du Maître ascensionné Saint Germain La valse de l empereur