Jésus a dit "Le Royaume de Dieu est en toi et tout autour de toi, pas dans des palais de bois ou de pierre"

Jésus dit "Fend le bois je suis là; soulève la pierre et tu m'y trouveras!"

www.unisson06.org/dossiers/religion/ecrits_spirituels/christianisme/evangile_thomas.htm

samedi 31 octobre 2015

Entretien avec Sylvain Didelot : Canaliser l'Invisible

mercredi 7 octobre 2015

COMMENT LA PENSÉE SE RÉALISE DANS LA MATIÈRE

Omraam Mikhaël Aïvanhov
Lorsque l’esprit de l’homme a quitté le sein de l’Éternel, il était en possession de tous les savoirs, de tous les pouvoirs, et il ne les a pas perdus, ils sont profondément enfouis, recouverts par des couches de matière opaque, mais ils sont toujours là, en lui.
Alors, comment les retrouver ? C’est simple : le travail et le temps… oui, le travail et le temps nécessaires pour la matérialisation, la concrétisation des puissances de l’esprit.
Mais ce qu’il faut connaître avant tout, ce sont les conditions dans lesquelles ce travail de matérialisation est possible. Ces conditions, beaucoup, même parmi ceux qui se sont engagés dans la voie de la spiritualité, ne les connaissent pas.
Sous prétexte qu’ils ont entendu parler des pouvoirs de la pensée, ils se lancent dans des exercices de concentration pour produire certains phénomènes ou réaliser des projets dans le plan physique ; et comme ils n’obtiennent pas de résultat, ils sont déçus et ne s’exercent plus, ce qui est dommage. Ou alors, ils persévèrent et détraquent leur système nerveux, ce qui est encore plus grave.
La nature a donné à l’homme différents instruments pour agir sur la matière, mais il doit savoir quand et comment les utiliser.
Si vous voulez faire venir par la pensée un morceau de sucre jusqu’à votre bouche, vous aurez beau vous concentrer, il y a de fortes chances pour qu’il ne bouge pas. Mais prenez ce morceau de sucre avec la main, portez-le à la bouche, et ça y est ! Pour saisir les objets, la nature nous a donné une main, et cela doit nous suffire. Vous direz : « Mais alors, que doit-on faire avec la pensée ? « Ah ! avec la pensée on peut réaliser des choses beaucoup plus importantes ; seulement il faut connaître sa nature, comment elle travaille et quelles sont les conditions nécessaires pour qu’elle se réalise dans la matière.
Combien de livres compliqués ont été écrits sur la matérialisation de la pensée !
En réalité, c’est très simple, et le plus extraordinaire, c’est qu’on a continuellement sous les yeux des exemples de ce processus, seulement on n’ a pas su les observer et en tirer des conclusions. Un homme se dit un jour qu’il serait bien agréable d’avoir un peu d’argent sans se fatiguer. Tout d’abord, il se contente d’imaginer, il se représente la scène, les circonstances : la foule dans le métro, ou dans un grand magasin, et sa main qui se glisse dans une poche ou dans un sac pour prendre un porte-feuille…
Cela reste encore un moment dans sa tête comme une perspective assez vague. Seulement voilà, comme cette pensée s’est enregistrée, elle déclenche certains rouages en lui et peu à peu elle descend dans le plan du sentiment : il commence à désirer ardemment sa réalisation. Les communications, les branchements sont en train de se faire, et voilà qu’un beau jour, sa main se faufile dans un sac ou s’empare d’un objet sur un étalage. Donc, vous voyez, tant que la pensée restait en haut, dans le plan mental, elle était inopérante ; mais elle est descendue dans le plan astral, le plan du désir, et de là dans le plan physique. Comment peut-on dire alors que la pensée ne se réalise pas ?
Prenons encore un exemple. Un garçon tout à fait pacifique, doux, idéaliste, qui ne ferait pas de mal à une mouche, entre à l’Université. Là, il commence à lire des livres d’histoire et de philosophie où il découvre les idées de certains penseurs politiques qui ont bouleversé des sociétés et entraîné des peuples dans de grandes aventures. Il se prend de passion pour eux, se plonge dans leurs œuvres, et nourrit des idées de plus en plus audacieuses. Enfin, il s’inscrit dans un parti avec le désir de jouer, lui aussi, un rôle et le voilà un jour à la tête d’une révolution dans son pays.
Tout a commencé par des idées, des théories, une philosophie. Alors, comment douter que la pensée est une puissance formidable ? On ne la voit pas, elle n’arrive pas à faire bouger un morceau de sucre, mais elle finit par soulever des millions d’hommes !
La pensée est donc une force, une énergie, mais en même temps une matière d’une extrême subtilité qui travaille dans des régions très éloignées du plan physique.
Elle traverse les murs et les objets sans laisser de traces et, pour pouvoir agir sur la matière, elle a besoin qu’on lui construise des ponts, c’est-à-dire toute une série d’intermédiaires. Donnez-lui ces intermédiaires et vous verrez qu’elle est capable d’ébranler l’univers.
Vous avez regardé comment fonctionnent les machines dans une usine ? Tout est branché, tout est prêt, il y a juste un bouton, là, un simple bouton sur lequel il suffit d’appuyer ; et comme ce bouton est relié à une quantité de rouages, de circuits de transmission, au moment où on appuie, toutes les machines se mettent en marche et, au bout de la chaîne, là-bas, on voit bientôt apparaître un objet entièrement réalisé.
La pensée que l’homme projette agit déjà dans sa région, en haut, où elle met en marche des appareils d’une grande subtilité. Mais tant que la communication n’est pas correctement établie d’un plan à l’autre, tant que les relais de transmission ne sont pas installés, elle ne peut pas se concrétiser par des actes dans le plan physique ; il y a des trous, des zones mortes, le courant ne passe pas.
Tout n’est donc qu’une question de communication, de transmission.
Jamais la pensée n’exerce directement son pouvoir dans le plan physique. Il lui faut des intermédiaires.
On ne saisit pas des braises avec la main, mais avec des pincettes ; et pour se servir de potage on prend une louche. Et le bras, si l’on veut comprendre ce qu’est un bras, eh bien, c’est justement un intermédiaire entre la pensée et l’objet. Lorsque vous prenez un morceau de sucre qui agit ? Votre pensée, car c’est votre pensée qui conduit le bras. Mais la pensée ne suffit pas, il faut le sentiment, car si vous n’avez pas envie de sucre ou si vous ne l’aimez pas, votre bras n’ira pas le prendre.
Il existe évidemment un lien entre la pensée et l’action, mais c’est entre le sentiment et l’action que ce lien est le plus fort. Pourquoi, quand vous éprouvez de l’amour ou de la colère, ce sentiment se fraie-t-il immédiatement le chemin jusque dans le plan physique ? Que vous le vouliez ou non, vous faites les gestes qui lui correspondent. Aimez quelqu’un, et vous êtes instinctivement poussé à lui sourire, à la caresser, à l’embrasser, à lui apporter des cadeaux. Soyez irrité contre lui, et vous devez faire des efforts pour ne pas le foudroyer du regard ou lui donner une paire de gifles. Chaque sentiment se manifeste à travers des gestes déterminés. C’est toujours la pensée, soutenue par le sentiment, qui fait courir les gens ou qui les arrête, qui suscite des guerres, des dévastations ou les plus nobles entreprises…
La pensée est donc bien une puissance, mais à condition qu’il y ait les bras pour la réaliser. Et l’homme lui-même est un exécutant, un bras. Le bras d’un homme est un symbole de l’homme lui-même, qui représente alors un autre bras. Oui, le bras est résumé de l’homme : l’homme est un bras pour la pensée, et il se peut que la pensée soit aussi un bras pour d’autres pensées dans des régions de plus en plus élevées… jusqu’à la divinité qui utilise tous les bras, c’est-à-dire toutes les créatures.
S’il y a une chose qui’ ne faut jamais oublier, c’est que toutes les pensées que nous formons, les plus faibles, les plus insignifiantes soient-elles, sont une réalité, car chaque pensée est une entité vivante. Et ce n’est pas parce qu’elle ne touche pas directement le plan physique qu’on peut en conclure qu’elle ne se réalise pas. Elle se réalise, mais dans la région qui est la sienne : le plan mental, et c’est seulement là qu’elle agit, comme on peut l’observer dans le cas de l’hypnotisme.
Hypnotisme : le monde des PenséesSupposez que vous soyez doué d’une grande faculté de concentration mentale : après avoir plongé quelqu’un dans un sommeil hypnotique, vous lui donnez par exemple un bout de papier en lui disant : « Tiens, c’est une rose, sens-la, quel est son parfum ? « Et il vous répond en s’émerveillant du délicieux parfum de cette rose. Cela s’explique par le fait que vous l’avez mis dans un état psychique où la pensée se réalise instantanément, non dans le plan physique, mais dans le plan mental.
Votre pensée, soutenue par les paroles que vous avez prononcées, a déjà formé la rose dans le plan mental : et comme la conscience de cette personne n’est plus dans le plan physique, elle est capable de percevoir les parfums dans les régions plus subtiles du plan mental, c’est là qu’elle a capté quelque chose, et en disant qu’elle sent réellement le parfum de la rose, elle ne se trompe pas.
Ou bien, imaginez encore que vous donniez de l’eau à quelqu’un en lui disant :« voilà, c’est du cognac, tu vas t’enivrer ». Il boit et il est vraiment ivre. Que s’est-il passé ? Là encore il a été projeté dans une autre région où cette eau n’est plus de l’eau, mais de l’alcool.
Cela prouve que la puissance de la pensée est absolue et immédiate, mais dans le plan mental, car étant faite d’une matière extrêmement subtile, elle ne peut agir instantanément que sur une matière aussi subtile que la sienne. Dans sa région, avec les matériaux subtils dont elle est faite, c’est un être agissant. Comme on ne peut ni la voir, ni l’entendre, ni la toucher, objectivement on ne peut rien prouver de son existence, et c’est pourquoi les humains se laissent aller à des pensées désordonnées, criminelles, sans se douter qu’elles sont déjà en train de produire des dégâts.
Oui, quelles que soient nos pensées, bonnes ou mauvaises, elles se réalisent sous une forme ou sous une autre quelque part dans le monde et en nous-mêmes.
Une fois que vous avez compris cette réalité de la pensée, vous savez que vous pouvez tout construire, tout réaliser d’un seul coup, mais en haut, pas dans la matière ; vous voulez des palais, des parcs, avec des fontaines qui jaillissent, des oiseaux qui chantent ?… Tout de suite, ils sont là.
Si vous étiez un peu clairvoyant, vous les verriez déjà, car ils sont une réalité. Mais même en les voyant vous ne pourriez pas les toucher, et pour les matérialiser il vous faudrait sans doute des siècles. Maintenant, quel enseignement pouvons-nous encore tirer de la question de l’hypnose ?
Pour hypnotiser quelqu’un, on agit sur son subconscient ; placé dans une sorte d’état second il exécute les ordres qu’on lui donne, ce qu’il n’aurait peut-être pas fait si on s’était adressé à lui lorsqu’il était éveillé et en parfaite conscience. On peut conclure de cette expérience que, pour accélérer la réalisation d’un désir, il faut descendre dans le subconscient et y déposer l’image de ce désir.
Alors, pour obtenir plus rapidement des résultats dans le domaine spirituel, voici un exercice facile à faire. Vous voulez par exemple développer une qualité, une vertu : commencez par vous concentrer sur cette qualité, méditez sur le but que vous désirez atteindre grâce à elle, et ensuite endormez-vous : dans le sommeil, les forces du subconscient contribueront à la matérialisation de ce désir.
Si dans mes conférences j’insiste tellement sur l’importance de l’état dans lequel on s’endort chaque soir, c’est parce que le sommeil favorise la cristallisation de tous les états intérieurs. Il faut donc apprendre à s’endormir avec les meilleures pensées, les meilleurs désirs, car on aide ainsi à leur réalisation.
Vous direz : « Mais nous avons entendu parler de certains phénomènes qui se produisent dans les séances spirites : des objets qui se déplacent, des coups frappés par on ne sait qui… » Oui, parce que les spirites, qui connaissent les lois de la matérialisation dans la pensée, peuvent fabriquer une main fluidique, et avec cette main-là, qui est déjà condensée mais invisible, ils peuvent en effet déplacer des objets et frapper des coups.
La pensée est donc capable de toucher la matière physique, mais par l’intermédiaire d’un autre plan : il faut l’envelopper d’une matière plus dense, la matière éthérique ; et cette matière éthérique, bien qu’invisible, touchera la matière physique ; car quoiqu’elles ne possèdent pas le même degré de matérialisation, elles appartiennent à la même région du plan physique.
Pour qu’elle puisse agir sur les objets et les êtres, il faut condenser la pensée. Et c’est toujours possible : en travaillant longtemps sur certaines créations mentales, en leur ajoutant même des particules de sa propre matière, l’homme finit par habiller ses formes-pensées de matière éthérique. Certains fakirs peuvent le faire rapidement, car ils connaissent les techniques qui permettent de matérialiser une forme-pensée pour qu’elle soit même visible et tangible ; ils ont appris à travailler sur les intermédiaires. Mais ce que l’on peut arriver à obtenir de cette façon n’est pas d’un niveau très élevé. Faire se déplacer les objets ou matérialiser des fruits et des fleurs, bien sûr, c’est fantastique, mais en quoi de pareilles prouesses peuvent-elles servir pour la venue du Royaume de Dieu ?
Vous devez savoir que les Initiés ne s’occupent pas de produire des phénomènes de ce genre. Ils peuvent le faire, mais ils trouvent que c’est beaucoup de dépenses de temps et d’énergie inutiles. Il est tellement plus raisonnable de servir de sa main quand on peut le faire et de n’utiliser la puissance du mental que pour la seule chose qui en vaille vraiment la peine ; produire des transformations bénéfiques en soi-même, et chez les autres.
Pour que ce soit encore plus clair, je vous donnerai un exemple, pris dans la nature, celui-là. Je rencontre quelqu’un qui vient de se promener au bord de la mer et je lui demande ce qu’il a vu. « Oh, pas grand-chose, j’ai marché sur les rochers, le soleil était très chaud, il y avait du vent et la mer était agitée – Et alors, c’est tout ? – Oui, c’est tout. Il y avait autre chose à voir ? – Mais la création entière, toutes les lois de la nature sont là inscrites ». Il me regarde étonné. « Mais oui, vous aviez devant vous des phénomènes formidables et vous ne les avez pas vus, vous ne les avez pas interprétés. Vous étiez sur les rochers : comment était-ils, ces rochers ? – Ils présentaient toutes sortes de creux et d’aspérités, on aurait dit qu’ils étaient sculptés. – Bon, mais ces formes, qui les leur a données ? – C’est l’eau, certainement, en se jetant sur eux – Oui, et qui a poussé l’eau ? – Ce doit être le vent. – Mais qui est la cause du vent ? – Ce doit être le soleil. – Et alors, vous n’avez pas vu que toute la nature était là, devant vous, pour vous parler, vous expliquer les lois du travail spirituel ?…
Oui, le soleil correspond à l’esprit en nous, l’air à la pensée, l’eau au sentiment, et la terre au corps physique.
Lorsque l’esprit agit sur la pensée, celle-ci entraîne le sentiment et le sentiment se jette sur le corps pour le faire courir, gesticuler, parler. Donc, le corps physique se meut sous l’effet du sentiment, le sentiment est éveillé par la pensée et la pensée naît sous l’influence de l’esprit. Si vous arrivez à comprendre ce processus et à le transposer en vous-même, vous deviendrez capable de faire des merveilles.
Toute la science de la magie divine, de la théurgie, est là contenue dans cette image des quatre éléments, le feu (le soleil), l’air, l’eau, la terre. Méditez souvent sur cette image.
Seules les créations de l’esprit sont les vraies créations. Vous ne les voyez pas ? Cela n’a pas d’importance ; ne vous arrêtez pas sur la question de voir ou de ne pas voir. Il faut savoir que ce sont des réalités, c’est tout, car en le sachant vous aidez ces créations à descendre s’incarner plus rapidement dans la matière. Si jusqu’à maintenant votre travail est resté inefficace, c’est que vous n’étiez pas prêt, les intermédiaires n’étaient pas encore au point, vous n’aviez pas encore suffisamment travaillé sur eux, vous ne connaissiez même pas leur existence ; alors, comment agir avec ce que l’on ne connaît pas ? Mais puisqu’on vous révèle maintenant leur existence et leur importance, avec la puissance de la foi vous arriverez à travailler sur ces intermédiaires et vous obtiendrez des résultats.
Vous dites que vous avez des idées, et elles sont magnifiques, divines même, c’est entendu, mais avez-vous vraiment des résultats ?… Non ?… Cela prouve que vous n’avez pas encore vraiment compris l’action du soleil sur la terre par l’intermédiaire de l’air et de l’eau. C’est très bien d’avoir des idées, mais ne vous en vantez pas, car elles vous laisseront aussi malheureux et démuni qu’avant, tant que vous ne saurez pas comment les concrétiser par des actes. Il ne suffit pas d’avoir des idées, mais aussi extraordinaires soient-elles ; beaucoup de gens en ont, mais ils vivent de telle sorte qu’il n’existe aucune communication entre ces idées et leurs actes. A quoi cela sert-il de penser comme un ange et d’agir comme un animal ? Il faut un intermédiaire, un pont ; et cet intermédiaire c’est le sentiment. A travers le sentiment, les idées prennent chair et os et viennent toucher la matière.
Déjà, certains d’entre vous commencent à réaliser ces créations, mais elles sont encore hybride,s encore chétives et instables, parce qu’ils ne sont ni très convaincus ni très vigilants, et une partie de leurs pensées se promène par-ci, tandis qu’une autre traîne par-là… Certains jours, ils sont plus conscients, plus en accord avec leur idéal divin, plus décidés enfin à se mettre en harmonie avec lui ; mais très vite ils se laissent aller. Alors, qu’ils ne s’étonnent pas si leur pensée reste inopérante. Pour qu’elle devienne agissante, ils doivent appeler l’amour, car on ne réalise vraiment que ce que l’on aime.
On pourrait étudier ce sujet de manière beaucoup plus détaillée mais pour aujourd’hui, je vous indique seulement quelques grandes lignes. Moi Omraam, c’est l’idée générale qui m’intéresse, la leçon que l’on peut tirer de l’observation des quatre éléments : le feu, l’air, l’eau et la terre, et du passage du feu (le soleil) à la terre par l’intermédiaire de l’air et de l’eau, car c’est sur cette loi qu’est fondé le travail d’un Initié, d’un Maître spirituel.
Un Initié, un Maître spirituel sait que les pensées qu’il forme ne touchent pas la matière dense, visible ; ils ne touchent et ne font vibrer que ce qui se rapproche le plus de leur nature, c’est-à-dire les éléments les plus subtils qui existent en eux et chez les autres. Ainsi, comme le soleil, l’esprit d’un Maître touche à travers l’espace le mental des humains. Ceux qui sont préparés captent ses pensées, et tout un travail se fait alors en eux pour que ces pensées s’incarnent un jour sur la terre. C’est ainsi que s’opèrent les changements de mentalité dans le monde.
Il y a plus d’un siècle, la science a découvert l’existence d’ondes qui parcourent l’espace, et c’est cette découverte qui a été à l’origine de la radio, du téléphone, du radar, etc… quand on est arrivé à mettre au point des appareils susceptibles de capter les ondes ou de les émettre… Mais pourquoi maintenant laisser la science ou la technique exploiter seule cette découverte ?
L’espace n’est pas uniquement parcouru d’ondes qui nous permettent de téléphoner ou de suivre un programme de radio ou de télévision…

D’autres ondes, plus subtiles encore, le traversent et nous devons apprendre aussi à les capter, nous en avons les moyens.
L’intelligence cosmique a placé en l’homme les appareils qui lui permettent de recevoir les ondes qu’envoient les Initiés, les Anges, les Archanges… Mais au lieu de recevoir ces messages, au lieu de capter ces courants et d’y puiser tout ce dont ils ont besoin pour leur santé ou leur compréhension des choses, les humains ont la tête ailleurs, ils sont branchés sur d’autres stations qui ne leur font entendre que des bruits de bagarres, de révoltes. Et comme ils ne savent pas changer de station ou éteindre le poste, ils sont toujours inquiets, troublés, malheureux.
Le travail des spiritualistes est donc d’éveiller leur conscience à toutes ces richesses de l’univers qui sont là, à leur disposition. S’ils n’en profitent pas, c’est qu’ils sont encore aveugles, fermés, endormis : ils sont comme celui qui, plongé dans l’eau jusqu’au cou, se plaint de mourir de soif. A quoi bon se prétendre chrétiens, croyants, spiritualistes, s’ils doivent passer leur temps à se plaindre qu’il leur manque ceci, qu’il leur manque cela ? Non, ils ont tout à leur disposition, c’est dans leur conscience qu’il manque quelque chose. C’est pourquoi j’ai, moi, un poste émetteur – il se trouve sur les plus hauts sommets des montagnes – et de temps en temps je vais là-bas par la pensée pour dire au monde entier :
« Éveillez-vous, éveillez-vous, le soleil se lève déjà sur le monde. Vous êtes venus sur la terre pour faire un travail gigantesque, pour préparer l’avènement du Royaume de Dieu ».
Les cerveaux de ceux qui sont préparés captent les pensées lancées par un Initié, et ces pensées trouvent toujours le moyen de communiquer avec le sentiment, puis le sentiment avec les actes, et c’est ainsi qu’ils sont orientés dans une bonne direction. Vous avez compris maintenant comment doit être utilisé le pouvoir de la pensée. Mais aller se concentrer pour déplacer, soulever ou tordre des objets, à quoi cela peut-il servir ? Bien sûr, en s’adonnant à ce genre de pratique, on peut épater la galerie, ça oui, mais on ne réalise rien sans l’âme, le cœur et l’intellect des humains pour les améliorer, les instruire et les amener vers Dieu.
Celui qui possède des dons psychiques exceptionnels, une capacité de concentration, une puissance mentale hors du commun, doit les faire servir à la recherche du Royaume de Dieu et non à des exhibitions de cirque. Donc, si vous volez expérimenter la puissance de la pensée, je ne vous conseille pas d‘imiter les fakirs et les magiciens. Ce don du Ciel, si vous le possédez, vous devez l’appliquer uniquement à un travail qui en vaut la peine et qui est vraiment de la plus grande importance pour votre avenir et celui de l’humanité.
La puissance la plus formidable que Dieu pouvait donner à une créature, c’est à la pensée qu’Il l’a donnée, la pensée en tant qu’émanation de l’esprit.
Dans la mesure où chaque pensée est imprégnée de la toute-puissance de l’esprit qui l’a formée, elle a le pouvoir d’agir pour construire ou pour détruire. Sachant cela, vous pouvez devenir des bienfaiteurs de l’humanité ; à travers l’espace, jusque dans les régions les plus lointaines, vous envoyez des messagères, des créatures lumineuses en leur donnant la mission d’aider les êtres, de les consoler, de les éclairer, de les guérir.
Tout ce que je crois, tout ce que je fais, tout ce que j’espère est fondé sur un savoir et vous pouvez entrer, vous aussi, tranquillement dans ce savoir. Si vous n’avez pas encore de résultats, il ne faut pas dire que l’enseignement des Initiés est mensonger, il faut seulement réviser vos installations, vos branchements, et vous découvrirez qu’il y a un défaut quelque part, comme dans une voiture où certains contacts ne se font pas, ou dans une montre où se sont glissées quelques poussières.
Donc, si malgré vos efforts vous n’obtenez pas de résultats, ce n’est pas la Science initiatique qui est fautive : c’est peut-être vous qui n‘en avez pas encore correctement compris et appliqué les grands principes.

vendredi 31 juillet 2015

A propos de l'être Dieu Et Les forces du principe Père-Mère



Nouvelles révélations divines

 

A propos de l'être Dieu

Et

Les forces du principe Père-Mère

A & O : 64

 

1. Jésus arriva à une source près de Béthanie autour de laquelle poussaient douze palmiers et où Il allait souvent avec Ses disciples pour leur enseigner les mystères du Royaume de Dieu. Il s'assit là, à l'ombre des arbres, et Ses disciples s'assirent autour de Lui.

2. L'un d'eux dit : "Seigneur, depuis la nuit des temps il est écrit , Elohim (Nom de Dieu au pluriel dans Genèse de la Bible hébraïque) fit l'homme à sa propre image et créa l'homme et la femme. Pourquoi as-tu dit que Dieu est un ?" Et Jésus leur dit : "En vérité, Je vous le dis, en Dieu il n'y a ni homme, ni femme, et pourtant tous les deux sont un, Dieu est tous les deux en un seul. Il est Elle et Elle est Lui. Elohim - notre Dieu - est parfait, infini et un.

3. Alors que dans l'homme le Père est manifeste et la Mère est cachée, ainsi dans la femme la Mère est manifeste et le Père est caché. C'est pourquoi le Nom du Père et de la Mère devront être sanctifiés à part égale, car ils sont les grandes forces de Dieu et l'un n'est pas sans l'autre dans le Dieu Unique.

Le Christ, J'explique, rectifie (Le erreurs interprétations)

Et approfondit la parole :

Dans l'Esprit de Dieu, dans la Loi de la vie intérieure il n'y a pas de sexes, mais il y a la force qui donne et celle qui reçoit. J'appelle la force donatrice le principe masculin et la force réceptrice le principe féminin.

Voyez : quand Je parle de l'homme ou de la femme Je parle des deux pôles, des deux principes de la vie, du pôle donateur et du pôle récepteur, du principe masculin et du principe féminin. Dans l'homme, le pôle ou principe masculin, les forces du Père sont manifestes : le pôle donateur, appelé aussi élément spirituel créateur ou générateur, contient cependant le pôle féminin, le principe féminin, la Mère, la vie réceptrice et préservatrice. De la même façon, dans la femme, le pôle récepteur, le principe féminin, les forces de la Mère sont manifestes, et en elle qui reçoit la vie et la préserve est aussi caché le masculin, le principe masculin, donateur, le Père.

Les deux forces, les principes donateur et récepteur sont accordées entre elles. En tant qu'êtres elles sont deux et cependant un : le principe donateur et le principe récepteur et préservateur. Le principe donateur, "masculin", est constitué pour une grande part de forces créatrices et dans une moindre mesure de forces "féminines", c'est-à-dire réceptrices Au contraire le principe ou pôle récepteur dispose de plus d'aspects "féminins", c'est-à-dire maternels, que d'aspects masculins, paternels, de forces donatrices.

Voyez : l'Etre est contenu dans chaque force, qu'elle soit donatrice ou réceptrice. C'est pourquoi la femme devrait être respectée à l'égal de l'homme. Car en tous deux résident deux forces, l'élément masculin et l'élément féminin, le principe Père et le principe Mère. C'est pourquoi votre Père, qui est aussi Mon Père, est le Dieu Père-Mère. Les deux forces sont unies en Lui et oeuvrent  dans tout ce qui est. C'est cela l'Esprit impersonnel de la vie intérieure, l'amour désintéressé, la force et la sagesse.

Celui qui, dans le monde, déconsidère la femme et met l'homme au-dessus d'elle pèche contre la Loi de la vie, contre le principe Père-Mère qui est la Loi universelle.

4. Adorez Dieu qui est au-dessus de vous, parmi vous, à droite et à gauche, devant vous, en dessous, derrière vous, en vous et autour de vous. En vérité, il n'y a qu'un seul Dieu. Il est tout en tout, et toutes choses existent en Lui, la source de toute vie et de toute substance, sans commencement ni fin.

5. Les choses qui sont visibles et qui périssent sont les manifestations de l'invisible qui est éternel, pour que vous puissiez atteindre, à partir des choses visibles de la nature, les choses invisibles de la divinité. Et que vous atteigniez le surnaturel à travers le naturel.

Vous avez lu que toutes les choses visibles sont des manifestations de l'invisible, de l'Eternel. C'est pourquoi, apprenez à reconnaître dans toutes les choses visibles, la vie, l'invisible qui est caché en tout.

A l'homme qui s'efforce d'accomplir les Lois de Dieu tout sera révélé. Il contemple ce qui est caché à celui qui est tourné vers le monde : la vie qui est la force et l'Etre en tout. C'est l'héritage de l'âme, l'Esprit, Dieu qui est la vie, la substance et la forme de la vie, c'est-à-dire : Tout-en-tout.

Voyez : chaque âme doit à nouveau accepter son héritage, ce qui est invisible pour l'homme, le Spirituel-Divin. Car chaque être pur a son origine dans l'Esprit, en Dieu, et chaque âme se purifiera et retournera en tant qu'être pur à l'origine, dans l'Esprit, Dieu, dans la vie, dans le principe Père-Mère.

6. En vérité, Elohim créa l'homme à l'image de Dieu, masculin et féminin, et toute la nature est à l'image de Dieu, c'est pourquoi Dieu est les deux, masculin et féminin, non divisé, mais les deux en un, entier et éternel, dans lequel sont toutes les choses, visibles et invisibles.

7. Elles sont issues de l'Eternel et elles retourneront à l'Eternel. L'Esprit à l'Esprit, l'âme à l'âme, la raison à la raison, le sentiment au sentiment, la vie à la vie, la forme à la forme, la poussière à la poussière.

8. Au commencement est la volonté de Dieu et puis sont venus Son Fils, l'amour divin, et la fille aimée, la sagesse sainte, tous les deux issus de l'Unique Source éternelle. Et c'est de cette source que proviennent les familles des êtres spirituels de Dieu, des fils et des filles de l'Eternel.

9. Et ceux-ci descendent sur la terre et habitent parmi les hommes et leur enseignent à aimer les voies de Dieu, les Lois de l'Eternel et à leur obéir, pour qu'ils trouvent en elles la rédemption.

10. Beaucoup de peuples ont vu leurs jours. Ils se sont révélés à eux sous différents noms et les peuples se sont réjouis dans leur lumière. Et justement maintenant, ils reviennent vers vous, mais Israël ne les accueille pas.

11. En vérité, Je vous le dis, Mes douze, ceux que J'ai choisis : tout ce qui a été dit par eux autrefois est vrai, mais déformé par les fausses conceptions des hommes."

Tout ce qui est pur est en Dieu, et tout ce qui est pur vient de Dieu.
Des êtres de lumière issus de l'Eternel viennent sur la terre et retournent vers l´Eternel.

La loi d'attraction dit : celui qui vit dans l'Esprit de Dieu se meut aussi dans l'Esprit de Dieu parce qu'il a sa patrie en Lui.

C'est sous l'effet de cette loi d'attraction - ce qui se ressemble s'assemble - qu'une âme ou un homme se retrouve avec des âmes ou des hommes portant en eux des aspects identiques ou similaires afin qu'ensemble ils puissent mettre en ordre leurs péchés. Ainsi, quelqu'un d'intellectuel sera confronté à des personnes intellectuelles ayant dans leur conscience des dispositions identiques ou similaires. Une personne sentimentale rencontrera des gens sentimentaux. S'ils ont quelque chose à mettre en ordre l'un avec l'autre, leur rencontre leur en donnera la possibilité.

C'est selon le même principe que le divin retrouve le divin. C'est ainsi que des âmes et des hommes ayant des prédispositions à la vie intérieure analogues ou identiques se retrouvent pour s'aider, se servir mutuellement et développer de plus en plus la vie intérieure, la vie qui unit tout. Ainsi, la forme retrouve la forme. Car chaque forme rayonne son niveau de conscience et est irradiée par la vie intérieure afin que substance et forme puissent s'élever vers la forme spirituelle immédiatement supérieure.

La poussière se joint à la substance qui lui est identique, à la poussière, et vit en Dieu en tant que force et conscience. Dieu vit également dans le grain de poussière qu'Il incite à l'évolution et conduit vers la forme spirituelle immédiatement supérieure.

Ce qui se ressemble s'assemble. Dans le monde matériel les hommes se réunissent, les âmes font de même dans les règnes des âmes, et dans l'Etre éternel s'unit tout ce qui se trouve dans l'évolution spirituelle : minéraux, plantes, animaux et êtres spirituels de la nature.

A partir de l'Esprit éternel, du principe Père-Mère, Dieu, le Père éternel créa et crée des principes masculins et féminins, les fils et les filles de Dieu, les êtres spirituels qui provinrent et proviennent de Son amour et de Sa sagesse, de l'unique source, Dieu.

Alors que la chute parvenait pratiquement à son point le plus bas, Moi le Fils, le Corégent des cieux, Je vins sur la terre pour y apporter la rédemption aux hommes. C'est par le "Tout est accompli" que Je prononçai sur la croix dans Mon corps terrestre, Jésus, que le salut vint dans toutes les âmes. Mon héritage, la Force partielle issue de la Force primordiale se décomposa en de multiples étincelles qui pénétrèrent dans toutes les âmes. L'étincelle rédemptrice commença à luire dans chaque âme étant depuis lors pour chacune d'elle appui et salut.

Avant que Moi, le Christ, Je ne quitte les cieux pour œuvrer en tant que Jésus de Nazareth, la décision concernant Ma gigantesque et puissante Œuvre   de rédemption fut prise dans la salle du trône de l'Eternel.

Beaucoup de fils et de filles de Dieu apportèrent alors une partie de leur potentiel de lumière spirituel dans la Mission de rédemption. Ils prirent ainsi part à l'OEuvre  de rédemption. L'OEuvre de rédemption reconduit toutes les âmes. Elle les ramène vers leur intérieur, de sorte qu'après la mort du corps terrestre, l'être issu de Dieu puisse de nouveau entrer en Dieu, dans la Loi de la vie et de l'amour.

Les fils et les filles de Dieu s'incarnèrent dans différentes lignées, en premier lieu dans celle de David qui a la conduite de l'OEuvre de rédemption. Et tous sont précédés par la sagesse divine. Elle est le troisième attribut de Dieu, représenté par le chérubin de la sagesse divine, le troisième ange de la Loi.

Comme Je l'ai déjà révélé, le principe féminin porteur de la sagesse divine se trouve en habit terrestre  alors que le principe masculin est lui en habit spirituel. Tous deux, le duel spirituel féminin en habit terrestre et le duel spirituel masculin en Esprit, portent avec Moi, le Christ, la responsabilité principale de l'OEuvre de rédemption. Ils précèdent les fils et les filles de Dieu appartenant à la Mission de rédemption. Ensemble ils ont le devoir d'enseigner aux hommes le chemin qui mène à Dieu, de leur apprendre à aimer, à se tenir aux Lois de l'Eternel et à obéir en toutes choses à Dieu. C'est ainsi que les hommes retrouvent l'étincelle rédemptrice dans leur âme et la font rayonner de plus en plus. Elle est alors un flambeau qui les éclaire sur leur chemin vers l'Etre éternel. C´est le Christ de Dieu qui vit dans le Père.

C'est ainsi que cela advint et advient. Selon un ordre légitime les fils et les filles qui furent et qui sont toujours dans la Mission de rédemption s'incarnèrent dans les lignées de cette terre, le duel de la sagesse divine les précédant tous.

C'est au cours de l'ancienne alliance que les premiers contingents de fils et de filles appartenant à la Mission de rédemption vinrent des cieux vers la terre jusqu'à l'incarnation. Ils Me préparèrent à Moi, le Christ, les chemins vers les hommes. Le principe masculin de la sagesse divine - le chérubin de la sagesse divine - fut le premier qui vint sur la terre en tant que prophète pour y annoncer la venue du Rédempteur.

Sans qu'ils en fussent conscients en tant qu'hommes en habit terrestre, quelques fils et filles de Dieu furent placés aux côtés du prophète pour mettre en œuvre  avec lui dans l'ancienne alliance, ce que l'Esprit de Dieu avait prévu pour cette époque. Quand leur vie terrestre s'acheva, quelques-uns des fils et des filles de Dieu appartenant aux premiers contingents et qui s'étaient à peine chargés revinrent devant le trône du Père, dans l'Etre éternel. Le principe masculin de la sagesse divine, le chérubin, qui avait servi Dieu sur terre en tant que prophète, les précédait tous.

La Mission de rédemption reste cependant gravée comme un sceau pour l'ère nouvelle dans les deux principes de la sagesse divine, c'est-à-dire qu'elle restera indélébile jusqu'à l'accomplissement de la Mission. Il en est de même chez tous les fils et les filles de Dieu appartenant à la Mission.

Quelques-uns de ceux qui avaient quitté l'habit terrestre se rassemblèrent sur les plans de purification pour s'y préparer, en compagnie de nouveaux contingents en provenance des cieux, à revêtir une nouvelle fois l'habit terrestre. Sans cesse des contingents de fils et de filles de Dieu se rendirent à l'incarnation. Parmi eux se trouvaient beaucoup de ceux qui n'avaient pas accompli leur mission lors des premiers contingents s'étant rendu à l'incarnation.

Des charges résultèrent de leurs incarnations successives. Quelques-uns remplirent partiellement leur mission, d'autres par contre se chargèrent. Ils pénétrèrent dans les règnes des âmes et demeurèrent là en tant qu'âmes dans les domaines correspondant à leur niveau de conscience.

De nouveaux contingents de fils et de filles de Dieu continuèrent à se former pour Me préparer, à Moi, le Christ, les chemins sur la terre. Enfin, le contingent décisif pour l'OEuvre de rédemption se rassembla : Moi le Christ, le Fils de Dieu, le Corégent des cieux, J'entrais en habit terrestre et beaucoup de fils et de filles de Dieu vinrent avec Moi pour Me servir et M'aider. Beaucoup d'entre eux étaient parmi ceux qui Me suivaient. Ils s'étaient incarnés dans des familles juives et romaines. Pourtant, beaucoup de ces fils et de ces filles de Dieu s'étant déjà chargés au cours d'incarnations précédentes dans l'habit terrestre, ne saisirent pas ce qui se déroulait. Néanmoins, J'apportais aux hommes une partie de Mon héritage divin. J'étais soutenu par le Père et par les messagers de la lumière et par le peu de fils et de filles en habit terrestre qui Me reconnurent, Moi leur frère et Rédempteur, le rédempteur de l'humanité.

Après Mon retour au Père en tant que corégent des cieux et Rédempteur de l'humanité, le prochain contingent spirituel se rendit à l'incarnation. De nouveau les fils et les filles de Dieu se rassemblèrent dans les plans de purification pour s'incarner avec les fils et les filles de Dieu issus des cieux. Les précédant tous, le principe féminin de la sagesse divine vint avec ce contingent. Après la mort de leur corps ces âmes se rendirent à nouveau, soit dans les règnes des âmes, soit dans des domaines plus lumineux.

C'est ainsi que, contingent après contingent, les fils et les filles de Dieu vinrent parmi les hommes pour leur enseigner les Lois de la vie, afin qu'ils aiment Dieu, Lui obéissent, et retrouvent dans le Christ la patrie, Dieu, leur Père et notre Père. A chaque fois ils apportèrent aussi la pensée du Royaume de Dieu sur la terre, de sorte qu'elle y prit forme peu à peu : c'est le Royaume de paix de Jésus-Christ. Le principe féminin de la sagesse divine revint sans cesse avec eux, les précédant et oeuvrant  avec son duel spirituel, le principe positif de la sagesse divine, qui était et qui est en habit spirituel pour continuer à préparer les voies aux fils et aux filles de Dieu.

Depuis Ma venue sur la terre, près de deux mille ans se sont écoulés. La volonté de l'Eternel s'accomplit peu à peu dans et à travers les fils et les filles de Dieu. Ils accomplissent de plus en plus sur la terre ce qui est inscrit dans la Mission de rédemption : avec Moi, le Christ, enseigner à tous les hommes de se tenir aux Lois de la vie et de l'amour afin de devenir libres pour l'édification du Royaume de Dieu. Les fils et les filles de Dieu appartenant à la Mission de rédemption viendront et s'en retourneront jusqu'à ce que soit accompli ce que Moi, le Christ, J'ai promis : un seul troupeau et un seul berger, un seul peuple en Moi, le Christ, un seul Royaume sur la terre, le Royaume de l'Eternel.

La Mission du Fils que Je Suis, est de ramener à la maison tout ce qui semblait perdu. Cette mission est dans le cœur  de ceux qui Me servent dans l'OEuvre de rédemption.

Voyez : jusqu'à ce que l'OEuvre de rédemption soit entièrement accomplie, aussi bien sur la terre que dans les plans de purification, tous ces fils et toutes ces filles de Dieu ainsi que la sagesse divine qui les précède tous, font partie de la Mission de rédemption.

En Moi, le Christ, chaque âme retrouvera le Père.

"Beaucoup de peuples ont vu leurs jours. Ils se sont révélés à eux sous différents noms et les peuples se sont réjouis dans leur lumière. Et justement maintenant, ils reviennent vers vous, mais Israël ne les accueille pas." signifie : les fils et les filles de Dieu vinrent, précédés par la sagesse divine, aussi bien dans l'ancienne que dans la nouvelle Alliance, et ils sont aujourd'hui  parmi les hommes pour œuvrer comme pionniers pour l'ère nouvelle.

Le changement d'ère, du vieux monde pécheur à l'ère nouvelle de la lumière et de l'amour, a commencé. Peu à peu la vie en Moi, le Christ de Dieu, s'épanouira.

Parce qu'Israël ne M'a pas accueilli dans son cœur, Moi le Fils de Dieu, et n'a pas accueilli non plus les fils et les filles de Dieu qui faisaient et font partie de la Mission de rédemption, Israël et la Nouvelle Jérusalem voient maintenant le jour dans un autre pays.

12. Et puis Jésus s'adressa à Marie-Madeleine : "Dans la Loi il est écrit que celui qui quitte père et mère mourra. Mais la Loi ne parle pas des parents dans cette vie, mais de la lumière intérieure qui est en nous jusqu'à ce jour.

Le sens des mots "... celui qui quitte père et mère mourra" est le suivant : le Dieu Père-Mère est pour chaque être spirituel et pour chaque homme Père primordial et Mère primordiale. Il est la lumière inhérente en chacun. Si l'homme s'en sépare en péchant sciemment, il devient un mort spirituel. Il errera sans repos dans les ombres de son moi jusqu'à ce que son âme se réveille et atteigne la renaissance dans l'Esprit de Dieu pour s'unir à nouveau au Dieu Père-Mère.

13. Celui qui se détache du Christ, du Rédempteur, de la sainte Loi et de la communauté des élus, laissez-le subir la mort. Oui, laissez-le se perdre dans les ténèbres extérieures, car il l'a voulu ainsi et personne ne peut l'en empêcher."

Ces mots signifient : celui qui se sépare de Moi, du Christ, se sépare de la Loi éternelle, de Dieu, et de la communauté de ceux qui font Sa volonté. Il restera dans les ténèbres et sera spirituellement mort jusqu'à ce qu'il recherche la lumière du monde que Je Suis en lui.

Chaque âme et chaque homme ont la liberté d'accomplir les Lois de Dieu ou de cheminer dans les ténèbres. Puisque le corps spirituel, appelé âme quand il est chargé, est issu de Dieu, le moment viendra pour chaque âme d'accepter et d'accomplir ce qui la libère : la Loi de l'amour et de la vie. Cependant, si selon la Loi du libre arbitre, l'âme et l'homme veulent cheminer dans les ténèbres, ils devront également porter ce qu'ils ont causé dans les ténèbres : les effets de ce qu'ils ont semé.

La Loi de la justice dit : chacun a la liberté d'accepter le divin ou bien de le refuser. Mais chacun doit porter lui-même ce qu'il a créé.

Les mots "se perdre" signifient : respectez le libre arbitre de votre prochain et ne l'obligez pas même à accepter le divin qui le rend libre. Les Lois divines devraient être enseignées aux hommes, mais c'est à chacun de décider s'il veut les mettre en pratique et quand. Celui qui respecte cela accomplit la volonté de Dieu qui dit : chacun accepte librement ce qui est divin. Celui qui contraint son prochain agit contre la justice, l'amour et la liberté de Dieu.


N.B.  Pour ceux qui veulent approfondir la connaissance divine consultez  les sites internet :


 http://fr.groups.yahoo.com/group/SAGESSE-DIVINE , 

 http://fr.groups.yahoo.com/group/Chemin_Interieur

--
Joseph Russo

vendredi 17 juillet 2015

Pensée du vendredi 17 juillet 2015 de Omraam Mikhaël Aïvanhov




 

 

www.prosveta.com

 

vendredi 17 juillet 2015

« On dit que la foi fait des miracles. Pourquoi ?… Parce qu'avoir la foi, c'est ouvrir en soi une porte aux forces spirituelles. Ce que vous entreprenez grâce à vos seules capacités, par votre seule volonté, obéit à un mécanisme naturel et se trouve donc soumis à la loi des causes et des conséquences. Tandis qu'au moment où vous faites intervenir la foi, vous ouvrez une porte aux puissances célestes ; ces puissances pénètrent en vous et elles réparent, purifient, guérissent, alors même que vous ne le mériteriez pas tout à fait.
On peut donc dire que la foi force la grâce. Elle ouvre une porte par laquelle la grâce est obligée d'entrer, mais à condition, bien sûr, que vous l'ayez préalablement invitée. Comme le malade qui demandait à Jésus de le guérir. Par sa demande il attirait l'attention de Jésus vers lui, et par sa foi il permettait à la puissance divine de se manifester en lui. C'est le sens de la réponse de Jésus à ceux qui lui demandaient de l'aide : « Qu'il te soit fait selon ta foi » ou « Ta foi t'a sauvé. » »


Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

__._,_.___

www.prosveta-canada.com 
__,_._,___

dimanche 17 mai 2015

Message de la Voix par Phoebe : Dieu vit dan votre cœur


Dieu vit dans votre cœur

 

Ne croyez-vous pas que vous êtes pris en charge ? Ne croyez-vous pas que le Plan Divin merveilleux et cohérent se déroule parfaitement dans votre vie en cet instant ? Ne soyez pas découragés par ce qui semble être un manque de mouvement. Réfléchissez quelques instants à tout ce qui s'est produit cette semaine. N'avez-vous pas eu de plaisantes surprises ? N'avez-vous pas fait l'expérience de personnes que vous n'aviez jamais rencontrées et d'événements qui ne s'étaient jamais produits ? Ne vous laissez pas piéger par ce que vous définissez à tors comme du mouvement.

 

La vie change sans cesse et évolue toujours. Vous pouvez avoir confiance que le Plan Divin vous conduit à prendre les bonnes décisions et à être au bon endroit au bon moment. Il n'y a qu'une seule question : « Est-ce que vous écoutez ? »

 

Ne permettez pas à vos pensées de passer outre à la guidance Divine que vous recevez sur le moment. Il se peut que vous entendiez ou que vous ressentiez que vous devriez faire quelque chose aujourd'hui : peindre, écrire, aller dans un musée ou aller travailler.  Quelque soit ce que vous êtes guidés à faire, eh bien faites-le ! Très souvent vous recevez une guidance claire pour quelque chose, mais votre esprit humain entre alors en force en vous énumérant toutes les raisons de ne pas le faire : « C'est trop risqué. » « Cela ne marchera jamais. »  « Je ne suis pas assez bon pour cela. »

 

Je vous en prie, chers frères et sœurs, laissez aller toute pensée qui vous limite. Si vous voulez chanter, construire un pont ou faire un certain travail, faites-le. Chaque fois que vous avez un désir brûlant et clair, ce peut être un message qui vous guide vers votre demeure. En suivant votre cœur vous ne pouvez jamais vous tromper, car Dieu vit dans votre cœur et non dans votre tête.

 

Alléluia, aujourd'hui est un nouveau jour !

 

Message reçu de la Voix par Phoebe Lauren. (phoebe.lauren@yahoo.com)

Traduction française : Sylvain du Boullay


__._,_.___


__,_._,___

lundi 27 avril 2015

L'épée de l'Esprit par Rick Warren - La Pensée du Jour (texte complet)



 
  Top Chretien
"Prenez aussi le casque du salut et l'épée de l'Esprit, qui est la Parole de Dieu." Éphésiens 6.17

Dans le combat spirituel, écrit Paul dans l'épître aux Éphésiens, la sixième chose à faire est de vous servir de la Parole de Dieu comme d'une épée. Ainsi, l'armure complète de Dieu comprend l'intégrité, la pureté, la sérénité, la certitude, la santé mentale et la maturité.

La plupart des gens ne savent pas utiliser la Parole de Dieu contre le diable – même ceux qui fréquentent une église depuis des années et ont entendu la Parole pendant tout ce temps. Mais entendre la Parole et s'en servir sont deux choses différentes.

Savoir utiliser la Parole de Dieu contre Satan est l'un des principaux signes de maturité spirituelle. La Bible dit : "Alors que vous deviez, avec le temps, être des maîtres, vous avez de nouveau besoin qu'on vous enseigne les premiers principes élémentaires des oracles de Dieu ; vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide" (Hébreux 5.12).

Ce n'est pas le fait d'écouter, de lire ni même d'apprendre la Parole qui rend un croyant mature. Selon Hébreux 5.12, le croyant mature est celui qui met la Parole de Dieu en pratique.

Dans Éphésiens 6, Paul appelle la Bible "l'épée de l'Esprit". L'épée est une arme offensive que les soldats utilisaient pour étendre leur territoire et s'emparer d'une ville ou d'un pays. C'est en mettant la Bible en pratique que vous pouvez envahir le territoire de Satan. Satan n'a pas peur de votre parole, mais il craint celle de Dieu !

Toutefois, la Bible ne peut devenir votre épée que si vous la mémorisez. Pourquoi ? Vous avez rarement votre Bible sur vous quand vous en avez besoin. Si vous êtes en admiration devant une robe à 300 dollars en vous demandant si vous devez ou non vous endetter pour l'acheter, il faut que ce que dit la Parole sur les dépenses inconsidérées soit consigné dans votre cœur.

C'est ce qu'a fait Jésus. Tenté à trois reprises par Satan dans le désert, il a répondu à chaque fois en citant la Bible. Il n'a pas eu besoin de sortir son Ancien Testament de poche pour répondre au diable. Il avait déjà caché la Parole dans son cœur. C'est ainsi que vous vaincrez le diable, vous aussi.

Je mémorise des textes des Écritures depuis l'âge de 17 ans. Je connais des milliers de versets par cœur. Ils me donnent une puissance que peu de gens possèdent. Il arrive souvent que l'on me pose une question à laquelle je n'ai pas de réponse. Dans ce cas, je demande à Dieu : "Que veux-tu que je dise à cette personne ?" Le Saint-Esprit puise alors dans tous les versets que j'ai appris pour me rappeler celui qui convient.

Une action pour aujourd'hui

Commencez par apprendre des versets-clés dans des domaines où vous êtes souvent tenté – comme le sexe, l'impatience ou le fait de parler sans réfléchir. Vous serez ainsi capable d'utiliser la Parole de Dieu contre Satan le moment venu.

Rick Warren
 

__._,_.___


La clé pour comprendre la loi des semailles et des récoltes



LA REINCARNATION
La clé pour comprendre la loi des semailles et des récoltes
Selon les nouvelle révélations divines
Les violations que subit la nature ont lieu depuis des générations déjà. Pourtant, il y a quelques années encore la nature avait l'air saine. Mais aujourd'hui force est de constater, comme si cela tombait du ciel, que la coupe est pleine et déborde. La nature produit maintenant la récolte de ce que des générations entières ont semé, c'est-à-dire de ce qu'elles lui ont infligé.
En ce qui concerne les hommes, les choses se passent à peu près de la même façon. Nos semailles peuvent remonter à plusieurs générations. Ce que nous n'avons pas mis en ordre à ce jour peut devenir actif maintenant, dans cette incarnation.
Beaucoup de personnes disent encore "moi, la réincarnation, je n'y crois pas !" Cependant pour beaucoup d'autres elle constitue désormais une des clés leur permettant d'accéder au monde de leurs correspondances, de leurs semailles. A travers le principe de la réincarnation nous sommes en mesure de comprendre que ce n'est pas Dieu, l'amour, qui nous envoie la maladie, la misère ou les coups du sort, mais qu'à travers eux nous récoltons la semence correspondant à ce que nous avons nous-mêmes semé dans le champ de notre âme.
Il faut chercher la raison principale de cela dans le fait que depuis plus de 14 siècles la connaissance de la loi de cause à effet et de la réincarnation a été bannie de la foi et de la pensée chrétiennes.
Les hommes ont développé la faculté d'attribuer presque systématiquement à leur prochain la cause du malheur qui les frappe. Bien sûr, si nous croyons à la loi causale - la loi des semailles et des récoltes - nous nous demanderons tôt où tard quand nous avons semé ce qui vient vers nous ? Il est possible que nous ne nous souvenions pas avoir pensé, dit ou fait dans cette vie quelque chose susceptible d'avoir déclenché le coup du sort ou cette maladie qui nous frappe. Cependant la phrase : "ce que l'homme sème il le récoltera", ne laisse planer aucun doute sur le fait qu'à un moment quelconque cette semence a été introduite dans notre âme et qu'aujourd'hui, dans cette vie, elle se développe sous la forme d'une maladie, d'une souffrance, d'un coup du sort, etc...
A travers la révélation divine-prophétique que le Christ, notre Rédempteur, a donnée à notre époque, nous savons que dans les plans de purification une âme peut seulement expier ses dettes karmiques. Par contre, sur la terre où l'âme est revêtue du corps physique, il est possible à l'homme de reconnaître ses fautes à temps en prenant conscience du contenu de ses pensées et sentiments. Il peut alors se repentir de ses péchés, les mettre en ordre et ne plus les répéter. Cependant, si nous n'écoutons pas notre conscience et n'utilisons pas l'énergie du jour, il est possible que dans cette vie s'épanouisse une partie de ce que nous avons semé lors d'incarnations précédentes. Alors est venu le temps de la récolte.
C'est pourquoi la terre, l'école-terre - que Dieu a donnée à Ses enfants déchus - est un lieu d'expiation et d'épreuves. Ainsi, sur les plans de purification il n'existe rien en dehors de l'expiation alors que sur la terre, dans l'école-terre, il existe l'expiation et la possibilité de mettre en ordre et de réparer à temps. Dans ces conditions, il apparaît bel et bien que la possibilité de se réincarner soit un acte de grâce de Dieu, puisque l'âme peut revenir sur la terre pour y mettre en ordre, avec l'aide du Christ, ce qu'il lui faudrait sinon expier dans l'au-delà.
La réincarnation découle donc tout à fait logiquement de la loi des semailles et des récoltes. Elle est la clé nous permettant de comprendre pourquoi tel enfant naît malade et tel autre en bonne santé, pourquoi tel homme souffre de ceci et tel autre de cela, pourquoi celui-ci est lourdement frappé par le destin alors que l'existence terrestre de celui-là est relativement facile. Le principe de la réincarnation fait partie intégrante du christianisme des origines parce qu'il appartient à l'enseignement de Jésus de Nazareth, bien que dans la Bible on n'y fasse que très peu allusion.
A partir du moment où la réincarnation n'a plus été enseignée pour expliquer les différences entre les conditions de vie et les destins de chacun, beaucoup de questions sont demeurées sans réponse. Dès lors, la vérité plausible et logique a été remplacée par l'existence de soi-disant "secrets de Dieu".
Essayons de réfléchir brièvement au sujet des soi-disant "secrets de Dieu", qui ne sont rien d'autre que des affabulations inventées par l'institution église. Si Dieu avait des secrets pour nous, alors Il serait imparfait, tout comme les hommes sont imparfaits. Qu'on nous explique ce que Dieu ne pourrait pas dire à Ses enfants ? Qu'on nous dise ce qu'ils n'ont pas le droit de savoir ? A ce propos les églises institutionnelles ne nous donnent aucune réponse. Quant à Lui, Jésus, le Christ, nous donne une réponse car Il a dit : "Aspirez tout d'abord au Royaume de Dieu et tout le reste vous sera donné de surcroît !"
Ce faisant, Jésus nous a révélé que nous sommes pleinement héritiers du Royaume de Dieu et pas seulement de façon partielle puisqu'Il a dit : "le Royaume de Dieu est en vous." Si Dieu n'avait donné aux êtres purs qu'une partie de Son Royaume, Il aurait gardé pour Lui l'autre partie et celle-ci serait alors devenue Son secret. Cependant Dieu a donné à chacun de Ses enfants l'essence et la lumière du Royaume divin tout entier. Exprimé de façon familière : Il n'a pas gardé pour Lui la moindre miette, Il ne nous a lésés en rien.
Cependant, le Royaume de l'intérieur étant assombri par le péché et l'homme n'y ayant plus accès - à moins de dissoudre ses péchés, les ombres, avec l'aide du Christ - on a inventé le mythe des "secrets de Dieu" pour ne pas avoir à parler des ombres qui recouvrent la lumière du Royaume de Dieu en l'homme lui-même. Pourtant, Dieu n'a aucun secret pour Ses enfants, que cela plaise ou non aux églises institutionnelles. Elles ont déjà prétendu beaucoup de choses qui finalement se sont révélées n'être que des conceptions, par exemple celle consistant à affirmer que le soleil tourne autour de la terre.
Celui qui tourne autour du soleil-Christ n'a que faire de l'opinion des églises institutionnelles, car la lumière se fait en nous. La logique de la réincarnation nous montre que Dieu n'a pas de secrets.
La loi des semailles et des récoltes est, elle aussi, d'une logique confondante. Pourtant, parce que nous avons végété sans aide pendant des siècles sous le joug des soi-disant "secrets de Dieu", il nous faut nous familiariser à nouveau avec ces aspects fondamentaux de la loi qui déterminent notre vie terrestre et qui sont aussi simples que géniaux.
Essayons d'illustrer tout cela. Que dirions-nous si ayant semé du blé dans notre champ, quelqu'un venait le récolter ? "Hé ! c'est mon champ et c'est mon blé ! C'est moi qui l'ai semé." Pourtant, quand il s'agit ce que nous avons semé sous forme de péchés dans le champ de notre âme, nous ne l'acceptons pas et disons : "C'est ce que mon prochain a semé. C'est la faute de mon mari, de ma femme, de mes enfants. C'est la faute de mes parents, de ma famille" ou encore : "C'est Dieu le responsable, Dieu ne m'aime pas, Il est sans amour."
A bien des égards, les hommes font encore preuve de beaucoup d'illogisme. Cependant, à l'instant même où nous commençons à nous observer un tant soit peu et à analyser la trame de nos pensées et de notre comportement au lieu de regarder nos semblables à travers la loupe de nos programmes, au lieu de les juger et de les condamner comme responsables de ce qui nous arrive, nous constatons que la loi des semailles et des récoltes est une réalité. Nous prenons conscience également qu'il nous est possible, en faisant bon usage de la loi de la correspondance, de nous reconnaître de manière plus approfondie et de nous libérer ainsi des chaînes que sont pour nous nos projections et manipulations dont la plupart sont vieilles de plusieurs siècles.
LES FORCES QUE NOUS EMETTONS EN PENSEES AINSI QUE PAR NOTRE FACON DE VIVRE PRODUISENT LEURS EFFETS SUR NOTRE DESTIN
Prenons à nouveau conscience de ce qui suit :
Que dirions-nous si quelqu'un nous soutenait qu'un grain de blé peut pousser à la place d'un autre grain de blé et porter ses fruits ? Nous penserions que cela est insensé et nous ne prendrions même pas la peine de discuter. Car pour chacun de nous il est tout à fait clair qu'un grain de blé ne peut pas pousser et porter des fruits à la place d'un autre. Cependant, il est vrai que nous pouvons semer une partie de notre mauvaise semence dans le champ de quelqu'un d'autre si le sol est prêt à la recevoir. Pourtant, si nous disions qu'un homme en ayant influencé un autre porte une part de responsabilité dans le destin survenu à ce dernier, on se moquerait de nous. En effet, nombreux sont ceux qui pensent n'avoir aucune responsabilité dans la maladie, la détresse et le destin survenus à leur prochain. Ils pensent n'avoir jamais fait de mal à personne.
En est-il vraiment ainsi ? Posons-nous les questions suivantes :
Avons-nous toujours été et sommes-nous encore toujours positifs envers nos semblables ?
Nos pensées et nos paroles ont-elles toujours été et sont-elles encore toujours pleines d'attention pour nos prochains ?
N'avons-nous jamais influencé quelqu'un dans le but de lui faire faire telle ou telle chose pour nous, bien qu'en réalité nous aurions pu le faire nous-mêmes ?
N'avons-nous jamais fait et ne faisons-nous pas encore parfois pression sur certaines personnes pour qu'elles accomplissent notre volonté même quand elles ne le désirent pas ?
Combien de fois n'avons-nous pas traité quelqu'un d'imbécile, d'idiot ou d'incapable face à des tierces personnes ou simplement en pensées ?
N'avons-nous jamais haï ou été jaloux de quelqu'un d'autre pour telle ou telle raison ? N'avons-nous encore jamais fait preuve d'hypocrisie ?
Ne nous sommes-nous encore jamais disputé ou n'avons-nous jamais manifesté de l'hostilité envers quelqu'un ?
N'avons-nous encore jamais dévalorisé certains de nos semblables et même peut-être assujetti ?
Avons-nous surmonté notre jalousie envers nos semblables ?
N'avons-nous encore jamais tenu des propos apparemment positifs alors que nos pensées étaient tout autre ? N'étions-nous pas hypocrites en nous comportant de la sorte ?
Combien de fois n'avons-nous pas fait attention à notre prochain ?
Plus d'un lecteur haussera les épaules en pensant : "Mais enfin, tout le monde agit ainsi !" C'est tout à fait vrai et personne n'est parfait. Cependant, qui parmi nous ignore ce Commandement de Dieu qui dit : "Tu aimeras ton prochain", ce qui signifie "tu ne lui souhaiteras aucun mal, pas même en pensée". On entend déjà les excuses : "Mais pourquoi donner autant d'importance à de si petites choses. D'autres disent et font bien pire qui s'en portent d'ailleurs très bien !"
Oui, beaucoup sont aveuglés par la fausse lumière de l'ambition, de la jalousie, de la haine, de l'exploitation, de l'emprise sur les autres ou même du désir de tuer - et ils s'en portent très bien. Cependant, le jour où le soleil de l'ego ne peut plus briller parce que les nuages des causes se sont amoncelés au-dessus de nos têtes, libérant sur nous la pluie de ce qui les constitue, alors il y a de quoi être horrifié en imaginant que nous avons causé et fait subir à nos prochains des choses semblables ou similaires à celles qui nous arrivent.
La physique moderne nous a depuis longtemps appris qu'aucune énergie ne se perd. Nos sentiments, sensations, pensées, paroles et actes, c'est-à-dire la haine, la jalousie, l'hostilité, la discorde et bien d'autres choses encore sont des énergies qui ne se dissolvent pas. Ainsi, les forces que nous avons émises s'accumulent au-dessus de nous et éclatent tôt ou tard, comme des nuages d'orage. Cela se passe ainsi : dans les astres - où est enregistré tout ce que nous avons émis - s'assemblent tous les enregistrements de vibrations identiques et similaires. A travers notre âme - dans laquelle se trouvent également des aspects identiques ou similaires - ils commencent à devenir actifs dans notre corps et sur notre corps ainsi que dans notre environnement immédiat. Nous faisons alors l'expérience de ce que nous avons causé, de ce que nous avons semé. Alors, c'est notre semence qui s'épanouit et non celle d'un autre.
DIEU EST-IL JUSTE ?
Comme cela vient d'être dit, on fait très souvent usage de l'argument selon lequel certains hommes ont été mauvais leur vie durant, ont abusé de leurs semblables, les ont exploités et déchirés à belles dents, et qui malgré tout se portent bien. On dit qu'ils ont atteint un âge avancé et qu'à l'heure de la mort ils se sont endormis tranquillement pour passer dans l'autre monde. A contrario, on dit aussi que la vie de certains hommes remplis d'attentions et de compassion pour leur prochain, qui ne se sont certainement jamais chargés de nombreuses fautes, a pourtant été jalonnée par les tourments, les maladies et les coups du sort. On ajoute que parfois même, à l'heure de la mort physique, ils leur fallut endurer les pires souffrances.
Dans quelle mesure est-il juste de dire de quelqu'un : "Cet homme tellement attentionné et compatissant n'a pas pu se charger d'une telle dette" ? En réalité, qu'en savons-nous ? Sommes-nous en mesure de lire dans les pensées de nos semblables ? Pouvons-nous voir dans leur âme ? Savons-nous de quoi étaient faites leurs incarnations antérieures ?
Là où on n'a rien semé, ne lève pas de récolte. C'est pourquoi, si un coup du sort venait à nous frapper, nous devrions admettre que nous avons semé quelque chose. De plus, en fonction de la manière et des circonstances dont les choses se produisent, nous pouvons reconnaître la nature de notre faute. C'est dans le monde de nos pensées et de nos sentiments que nous en trouvons l'explication.
Quelqu'un qui ignore la réincarnation et la loi des semailles et des récoltes, ne peut pas interpréter correctement les fluctuations de son existence et en tire de fausses conclusions. Aussi s'attache-t-il au côté superficiel des événements, compare, valorise et juge la plupart du temps. En constatant qu'un tel, qui a abusé de ses prochains, qui les a exploités, s'est porté comme un roi jusqu'à son dernier souffle et que tel autre qui s'est toujours montré sympathique a dû subir maladie et souffrance nous nous demanderons peut-être si Dieu est juste ? Par ignorance, nombreux sont ceux qui accusent Dieu de donner de manière apparemment injuste et arbitraire, de rendre les hommes pauvres ou riches, malades ou bien portants.
Intéressons-nous de nouveau à l'idée de la "réincarnation". En examinant les choses selon ce point de vue, nous comprendrons pourquoi la vie amène à chacun des situations et des événements différents. Accepter le principe de la réincarnation nous aide à reconnaître l'équilibre juste fondé sur la loi des semailles et des récoltes. C'est seulement parce que nous sommes à nouveau incarnés, revenus dans la chair, qu'il nous est possible de prendre conscience du sens de la vie et du fait que les enregistrements de celui-ci ont leurs effets aujourd'hui tandis que ceux de celui-là se manifesteront seulement demain.
Celui qui comprend que la réincarnation résulte de la loi de l'équilibre - "ce que l'homme sème, il le récoltera" - y voit également une manifestation de la justice de Dieu qui n'avantage ni ne désavantage aucun de Ses enfants. La Loi de Dieu ne porte en elle ni chagrin, ni maladie, ni détresse. La Loi de Dieu donne sans cesse l'amour, ce qui pour nous s'énonce ainsi : "Aime Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces, et ton prochain comme toi-même."
Puisque la Loi de Dieu ne porte en elle ni le chagrin, ni la maladie, ni la détresse, Dieu ne peut pas en être à l'origine, car où prendrait-Il ce qu'Il ne possède pas ? Pourquoi Dieu, l'amour infini, qui a donné à Ses enfants la liberté de se décider pour ou contre Lui, leur infligerait-Il des punitions ? En réalité, c'est la conséquence du libre-arbitre que chacun doive porter ce qu'il a semé.
Nos souffrances - quelle que soit la forme sous laquelle elles se manifestent - ont leur origine en nous-mêmes. Elles résultent de la somme de nos actions négatives. Dans le conscient, le subconscient, l'âme ainsi que dans le cosmos matériel et le cosmos des plans de purification, est enregistré tout ce que nous avons émis. Nous sommes constamment en communication - c'est-à-dire en situation d'échange - avec ces enregistrements selon le principe émettre et recevoir. Qu'une partie de nos enregistrements devienne active et qu'ils tendent à se réaliser, nous aurons alors à en souffrir en tant qu'homme. Si cela survient alors que notre âme évolue dans les règnes des âmes, ces enregistrements devenus actifs peuvent nous conduire à l'incarnation, si nous souhaitons mettre en ordre ces aspects pécheurs en tant qu'homme.
En examinant de plus près la façon dont fonctionne la loi de la réincarnation nous comprenons que chaque cause a son effet et que chaque cause doit être expiée, soit dans cette vie, soit dans une autre ou dans les plans de purification, à moins que nous ne la reconnaissions à temps et la mettions en ordre.
LA JOURNEE NOUS PARLE. ELLE NOUS MONTRE QUELS ASPECTS DE NOS ENREGISTREMENTS NOUS POUVONS METTRE EN ORDRE. LES DESIRS EXPRIMANT LA VOLONTE DE L'EGO SE RETOURNENT CONTRE NOUS.
La loi de la correspondance, d'où peut provenir une projection, nous aide à reconnaître nos causes à temps et progressivement, à nous en repentir, à les mettre en ordre et à ne plus répéter ces aspects pécheurs grâce à la force rédemptrice du Christ de Dieu. Cela constitue le chemin christique. Il est d'une simplicité élémentaire.
Le Christ nous montre le chemin direct qui mène à la liberté, au bonheur, à la santé, à la paix et nous conduit ainsi dans la proximité de Dieu. Sur le chemin le mot d'ordre est le suivant : reconnais et repens-toi de tes péchés de tout ton coeur, mets-les en ordre avec l'aide du Christ qui vit en toi, demande pardon, pardonne aussi à ton prochain qui a péché contre toi, répare autant qu'il t'est encore possible de le faire et ne répète plus tes péchés. C'est l'essence de l'enseignement qu'a donné Jésus, le Christ, dans le Sermon sur la Montagne.
Si nous suivons cet enseignement simple, beaucoup de choses changent l'une après l'autre dans notre vie, à commencer par notre comportement. Nos pensées ne tournent plus autour de nos seuls intérêts, nous devenons désintéressés, notre dynamisme et notre joie de vivre augmentent. Il nous devient de plus en plus facile de déposer les aspects humains bas encore présents en nous, nous nous sentons plus proches de Dieu et du Christ, la gratitude et la joie nous emplissent, notre conscience s'élargit. Ainsi nous mûrissons dans l'accomplissement du haut Commandement de l'amour, jusqu'à atteindre le point où il nous est possible de dire - tels les êtres purs des cieux : "Dieu, mon Père, je T'aime de tout mon coeur, de toutes mes forces, forces que Toi, Eternel, Tu as déposées en moi. Mon âme est remplie de Ta lumière. Mon frère, ma soeur en habit terrestre me sont proches ; ils sont une partie de moi. Père, nous Te remercions de Ta bonté."
C'est le chemin qui mène à la maison du Père.
Tout ce que à quoi l'humanité a donné naissance au cours des siècles ; les philosophies, les rites, les cultes, les sacrements, les dogmes, les doctrines de toutes sortes, ce qu'on appelle "les traditions", les institutions et leurs dignitaires, tout cela constitue de fausses routes qui n'ont rien à voir avec l'enseignement de Jésus de Nazareth, le Chemin de Dieu.
Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde et chaque instant, est une aide sur notre chemin. Les multiples événements qui se déroulent tout au long de nos journées terrestres sont autant de possibilités de nous reconnaître et de mettre en ordre - donc d'effacer - les aspects de nos péchés, autrement dit de nos correspondances, qui forment le monde de nos programmes.
A chaque énervement, lorsque le rouge nous monte aux joues ou qu'indignés nous rendons coups pour coups en paroles ou en actes, lorsque nous insultons nos semblables, les dévalorisons, les haïssons, les jalousons pour ceci ou cela, c'est la journée qui nous parle. De la sorte, elle nous montre des parties de nos enregistrements. Ce sont alors les fils de la toile, dans laquelle nous sommes enfermés telle une araignée, qui vibrent et nous montrent ainsi nos enregistrements pécheurs.
Si nous vivons nos journées consciemment, concentrés et orientés sur nos tâches, sur l'instant présent, nous serons attentifs à certains événements particuliers. Par exemple, ces moments où nous devenons incertains, où nous ratons quelque chose, lorsqu'un objet nous tombe des mains, que nous butons sur une pierre, sur une chaise ou contre le pied de quelqu'un. En étant attentifs, nous remarquerons que la journée nous parle et nous exhorte à examiner nos pensées et nos sentiments lorsque surviennent ces petits incidents pour en découvrir la cause. Ainsi nous découvrirons la racine de nos péchés et nous pourrons les mettre en ordre selon les commandements chrétiens. Nous n'avons donc besoin ni d'autorités ecclésiastiques, ni de sacrements, de confessions ou autres, mais simplement d'accomplir le commandement suprême, celui de l'amour pour Dieu et pour le prochain.
Le Christ en nous transforme en lumière et en force les péchés de celui qui suit le chemin de la mise en ordre chrétienne de ses péchés, c'est-à-dire qui s'en repent. Ils sont alors effacés de l'âme et des cosmos de la chute. Ces programmes négatifs se dissolvent également dans notre conscient et notre subconscient au fur et à mesure que nous accomplissons pas à pas les Commandements de Dieu. Les aspects erronés de notre comportement que nous aurons mis en ordre, que nous n'activerons plus en pensées et ne répèterons plus, ne pourront plus revenir vers nous. Par contre ceux que nous n'avons pas encore mis en ordre peuvent revenir vers nous aujourd'hui, demain, ou même quand nous serons désincarnés - c'est-à-dire dans le règne des âmes. Il est même possible qu'ils n'atteignent notre corps que lors d'une prochaine incarnation.
Notre situation serait sans espoir si le Christ de Dieu, notre Rédempteur, n'était pas à nos côtés. Quelqu'un qui croit pouvoir se libérer à partir de ses propres forces, ce qui signifie en fin de compte combattre le mal par le mal, devra reconnaître tôt ou tard que cela ne mène à rien. Sans le Christ de Dieu rien n'est possible. Ceci est valable tant au plan personnel, à petite échelle, qu'en ce qui concerne les événements du monde, à grande échelle.
Chez celui qui est maître de ses sens et de ses pensées, se fait le silence, et dans le silence Se révèle Dieu. Tant que nos sens et nos pensées ont de l'emprise sur nous, nous sommes inquiets et ballotés, détournés de Dieu et orientés sur le péché. Alors c'est notre péché qui se révèle à nous.
Ce qui a été semé et n'a pas été réparé à temps, c'est-à-dire ôté du champ de notre âme, nous le récolterons tôt ou tard. Tôt ou tard ce que nous avons semé se manifestera de façon active dans notre corps ou dans notre environnement immédiat. Une partie des enregistrements de celui-ci deviendra active dans cette vie, alors que chez celui-là des parties de ses causes s'accumuleront tels des nuages d'orage qui sèmeront la tempête lors d'une prochaine incarnation. Peut-être même l'âme désincarnée expiera-t-elle le poids de ses fautes sous forme de douleurs et de souffrances dans les plans de purification, sur les planètes où ses énergies négatives sont enregistrées en tant qu'images.
Nombreuses sont les victimes de cet enseignement erroné qui dit que l'on peut tout se souhaiter à soi-même et qu'il suffit pour que cela se réalise, d'émettre constamment les mêmes pensées. Cependant Jésus a enseigné ceci : "Aspirez surtout au Royaume de Dieu et à Sa justice ; alors tout le reste vous sera donné par surcroît." Cela signifie que nous devrions avant tout développer en nous notre héritage divin, le Royaume de Dieu, c'est-à-dire permettre à la puissance du Christ de se manifester à travers nos pensées et nos actes. Alors, Dieu nous donne ce dont nous avons besoin - ce qui ne signifie pas ce que nous voulons.
L'énergie de nos pensées, de notre volonté et de nos désirs, c'est-à-dire l'énergie de nos enregistrements, pousse à sa réalisation. Ce que nous ne cessons de désirer et de vouloir, s'enregistre et c'est pourquoi cela s'accomplira d'une manière ou d'une autre. Mais alors, puisque nous n'aurons pas ouvert le Royaume intérieur avec la clé qu'est le Christ, puisque nous n'aurons pas trouvé le trésor de l'intérieur, qui sera celui qui accomplira notre volonté ? Certainement pas le Christ, mais plutôt celui qui règne sur ce monde. Et lui exige d'être remboursé jusqu'au dernier centime pour ce qu'il a investi en énergie afin que nos désirs se réalisent. En effet, l'adversaire ne connaît ni la grâce ni le pardon. Il ne connaît que la loi : "Oeil pour oeil, dent pour dent", jusqu'au dernier centime.
S'illusionner et vivre dans un monde d'images de désir d'argent et de possessions, de maison princière, d'"esclaves" qui travaillent pour moi, etc... peut avoir de lourdes conséquences. Je veux. Je veux le pouvoir, la richesse et la considération. Je veux, je veux...
Nous croyons peut-être que ce jeu des pensées est parfaitement innocent et ne nuit à personne. Pourtant le vouloir de l'homme peut se refermer sur lui comme un piège. Prenons conscience de ceci : Ce que nous voulons mais n'avons pas développé en vivant selon les Lois de Dieu, nous ne l'avons pas mérité car nous n'avons pas acquis le Royaume de l'intérieur. C'est pourquoi, un jour la volonté de notre ego s'inversera et notre vouloir se retournera contre nous. Pourquoi ?
une pensée dans la Loi, dans la volonté de Dieu, porte déjà en elle son accomplissement. Qu'elle se réalise également sur terre n'est qu'une question de temps.
Par contre, si notre volonté n'exprime pas le divin - le "Que cela soit" - parce qu'elle ne contient pas la volonté de donner mais celle de prendre, alors nous ne sommes pas dans le Courant, dans la Loi de Dieu, et selon la loi des semailles et des récoltes on peut dire : comme tu as pris, il te sera pris.
Nos enregistrements égoïstes s'accompliront donc à leur manière, dans la loi des semailles et des récoltes et finalement, nous n'aurons ni argent ni biens mais vivrons dans la pauvreté. A la place du palais princier de nos rêves, nous ne possèderons peut-être qu'une cabane de terre. Au lieu d'être ceux qui donnent des ordres à des serviteurs et à des esclaves, c'est nous qui devrons travailler comme des esclaves. Au lieu de savourer le pouvoir, la richesse et la considération, nous n'aurons aucun pouvoir, aucune valeur aux yeux du monde. Privés d'argent et de considération, nous devrons peut-être travailler durement pour gagner notre pain ou peut-être même le mendier.
Il est bien possible que dans un premier temps le prince de ce monde accomplisse la volonté de notre ego, en effet en émettant continuellement et de façon répétée "je veux, je veux", nous libérons des forces qui accomplissent ce que nous voulons. Cependant, il s'agit seulement d'un prêt consenti par les forces négatives et non d'un don de Dieu. Ce que nous possédons, nous sera non seulement repris, mais nous devrons souffrir d'avoir dérobé des énergies plutôt que de les avoir créées nous-mêmes en développant le Royaume intérieur en nous.

 Pour ceux qui veulent approfondir la connaissance divine consultez  les sites internet :

Joseph Russo

Sil-te-plaît, pardonne moi

L'effet de vos pensées, de vos paroles

Et si nous créerions le monde autrement...

Méditation guidée

Méditer

Vibration de Saint Germain Le beau Danube bleu

Vibration du Maître ascensionné Saint Germain La valse de l empereur