Jésus a dit "Le Royaume de Dieu est en toi et tout autour de toi, pas dans des palais de bois ou de pierre"

Jésus dit "Fend le bois je suis là; soulève la pierre et tu m'y trouveras!"

www.unisson06.org/dossiers/religion/ecrits_spirituels/christianisme/evangile_thomas.htm

lundi 30 septembre 2013

Nul vient dans le Ciel par immédiate miséricorde

comprendre vérité dans vrai 

Nouvelles révélations du monde divin

Sweden / C & I / 521 – 527

 

Nul ne vient dans le Ciel par immédiate miséricorde

Décrit par un prophète par les choses qu'il a vu et entendu dans le Ciel

 

1. Ceux qui n'ont pas été instruits au sujet du ciel et du chemin y conduit, ni su sujet du Ciel et du chemin qui y conduit, ni au sujet de la vie du Ciel chez  l'homme croie qu'on y est reçu d'après une miséricorde qu'obtiennent ceux qui sont dans la foi. Ils croient que le Seigneur intercède en leur faveur et qu'ainsi ils sont admis par grâce, et qu'en conséquence tous les hommes, quels qu'ils soient, peuvent être sauvé par bon plaisir. Bien plus, certains pensent qu'il peut en être de même pour ceux sont dans l'enfer. Mais ceux qui ont ces croyances n'ont aucune connaissance de l'homme. Ils ne savent pas que l'homme est absolument tel qu'est sa vie, et que sa vie est telle qu'est son amour, non seulement quant aux intérieurs qui appartiennent à sa volonté et à sont entendement, mais encore quant aux extérieurs qui appartiennent à son corps. Ils ne savent pas que la forme corporelle n'est que la forme externe par laquelle les intérieurs se présentent dans leur effet, et que l'homme tout entier est son amour. Ils ne savent pas non plus que le corps ne vit pas d'après lui-même, mais vit d'après son esprit, et que l'esprit de l'homme est son affection même, et que son corps spirituel n'est autre chose que l'affection de l'homme dans la forme humaine, dans laquelle il apparaît après la mort. Si l'homme n'a pas ces connaissances, il peut être induit à croire que la salvation est un bon plaisir Divin, appelé Miséricorde et Grâce.

2. La Divine Miséricorde est une miséricorde envers le genre humaine pour le sauver, elle est constante chez tous, ne se retirant jamais de personne. Ainsi sont sauvés tous ceux qui peuvent l'être, mais ils ne peuvent l'être que par des Moyen divins qui ont été révélé par le Seigneur dan la Parole. Ces moyens Divins appelés Divins Vrais, Ils enseignent comment l'homme doit vivre d'être  sauvé. Par eux  Le Seigneur conduit l'homme au Ciel et implante en lui la vie du Ciel. Le Seigneur le fait pour tous, mais il ne peut le faire si l'homme ne s'abstient du mal, car le mal fait obstacle. Dans la mesure où l'homme s'abstient du mal, le Seigneur le conduit par Ses  Divins moyens d'après  la pure miséricorde, depuis l'enfance jusqu'à la fin de sa vie dans le monde, et ensuite pour l'éternité. Voilà ce qui est entendu par la Divine Miséricorde. IL est évident qu'elle est une pure miséricorde, mais elle n'est pas immédiate, c'est-à-dire qu'il y a pas salvation par bon plaisir, de quelque manière qu'on ait vécu. 

3. Le Seigneur ne fait jamais rien contre l'Ordre, parce qu'Il est Lui+même l'Ordre. Le Divin Vrai procédant du Seigneur est ce que fait l'ordre, et les Divins Vrai sont les  lois de l'Ordre selon lesquelles le Seigneur conduit l'homme. C'est pourquoi sauver l'homme par immédiate miséricorde est contre l'Ordre Divin et ce qui est contre l'Ordre Divin est contre le Divin. L'Ordre  Divin est le Ciel chez l'homme, mais l'homme a perverti cet ordre chez lui par une vie contraire aux lois de l'ordre, qui sont les Divins Vrais. Le seigneur, par pure miséricorde, ramène l'homme dans cet ordre par les lois de l'ordre. Autant l'homme y est ramené, autant il reçoit en lui le Ciel et celui qui reçoit le Ciel, vient dans le Ciel. Il est de nouveau évident que la divine Miséricorde du Seigneur est une pure miséricorde, mais non une immédiate miséricorde.

4. Si les hommes pouvaient être sauvés par immédiate miséricorde, ils le seraient tous, même ceux qui sont dans l'enfer. Bien plus, il n'y aurait pas d'enfer, parce que le Seigneur est la Miséricorde même, l'Amour même et le Bien même. C'est donc parler contre le Divin du Seigneur que de dire qu'il peut sauver immédiatement tous les hommes, et qu'Il ne les sauve pas. D'après la Parole on sait que le Seigneur veut le salut de tous et ne veut la damnation de personne.

5. La plupart des ceux qui viennent du monde chrétien dans l'autre vie apportent avec eux  cette croyance  qu'ils seront sauvés par l'immédiate miséricorde, car ils l'implorent. Mais à l'examen on découvre qu'ils croient que venir dans le Ciel, c'est seulement y être admis, et y jouir  de la jouir de la joie céleste, ignorant absolument en quoi consistent le Ciel et la joie céleste. Il leur est donc dit que le Seigneur ne refuse le ciel à personne, et qu'on peut, si on le désire, y être introduit, et même y demeurer. Ceux qui le désiraient y ont  été admis, mais dès l'entrée, mais dès l'entrée, le dégagement de la chaleur céleste, qui est l'amour dans lequel sont les anges, et l'influx de la lumière céleste, qui est le Divin Vrai, les remplirent d'une telle anxiété, qu'ils sentirent un tourment infernal au lieu d'une joie céleste. Frappé de terreur, ils se précipitèrent en bas. Ainsi, par une vie expérience, ils furent instruits que le Ciel ne peut être donné à quiconque par immédiate miséricorde.

6, Je me suis entretenu quelquefois sur ce sujet avec des anges, leur disant que dans le monde, la plupart de ceux qui vivent dans le mal et qui parlent du Ciel et de la vie éternelle, disent qu'on ne vient du Ciel que si on y est admis par la miséricorde seule. Ceux qui croient cela principalement ceux qui font de la foi l'unique moyen de salut. D'après le principe de leur religion ils ne considèrent ni la  vie, ni les œuvres d'amour qui font la vie, ni par conséquent  les autres moyens par lesquels le Seigneur introduit le Ciel dans l'homme, et le rend propre à recevoir la joie céleste. Comme ils rejettent ainsi le salut par les œuvres, ils décident, par la nécessité du principe, que l'homme va au Ciel d'après la miséricorde seule, à laquelle ils croient que Dieu le Père est porté par l'intercession du Fils. Les anges m'ont répondu qu'ils savaient qu'un tel dogme découle nécessairement  du principe admis de la foi seule. Ce dogme, dans lequel ne peut influer du Ciel aucun lumière parce qu'il n'est pas vrai, étant la tête de tous les autres dogmes, provoque cette ignorance dans laquelle est aujourd'hui l'église. Elle est dans l'ignorance sur le Seigneur, le Ciel, la vie après la mort, la joie céleste, l'essence de l'amour et de la charité. En général elle ne sait rien sur le bien, sur la conjonction du bien et du vrai, par conséquent sur la vie de l'homme. Elle ne connaît ni la provenance, ni la qualité de cette vie qui cependant n'est jamais chez l'homme d'après la pensée, mais y est d'après la volonté et d'après les actes  provenant de la volonté. Cette vie n'y est d'après la pensée qu'autant  que celle-ci procède de la volonté, par conséquent elle n'y est d'après la foi qu'autant que la foi procède de l'amour. Les anges s'affligent de l'ignorance de ces hommes qui ne savent pas que la foi ne peut exister seule chez quiconque, vu que la foi sans son origine qui est l'amour, est seulement une science, et chez certains une sorte de persuasion qui simule la foi. Cette persuasion n'est pas au-dedans, mais en dehors de la vie de l'homme, car elle est séparée de l'homme si elle n'est pas cohérent avec son amour. De plus, les anges m'ont dit que ceux qui sont dans un tel principe sur le moyen essentiel de salut chez l'homme, ne peuvent que croire à une immédiate miséricorde. Ils perçoivent d'après une lueur naturelle, et aussi d'après l'expérience visuelle que la foi séparée  ne fait pas la vie de l'homme, puisque ceux qui mènent un vie mauvaise peuvent penser et se persuader la même chose. Il en découle que les méchants peuvent être sauvés comme les bons, pourvu qu'à l'heure de la mort, ils parlent avec confiance avec l'intercession et de la miséricorde qu'elle procure. Les anges ont aussi déclaré qu'ils n'avaient jamais vu entrer dans le Ciel, par immédiate miséricorde, aucun homme ayant mal vécu, de quelque manière qu'il eût parlé dans le monde d'après l'assurance ou la confiance qui est entendue par la foi dans le sens éminent. Il leur fut demandé si Abraham, Isaac, Jacob, David et les apôtres n'ont pas été reçus dans le Ciel par immédiate miséricorde. Ils répondirent qu'aucun d'eux ne l'avait été, chacun a été traité suivant sa vie dans le monde, mais qu'ils savaient où ils se trouvaient, et que là ils ne sont pas plus estimés que le autres. Il a été parlé d'eux avec honneur dans la Parole, dirent-ils, parce que par eux, dans le sens interne, il est entendu le Seigneur. Par Abraham, Isaac et Jacob il est entendu le Seigneur quand au Divin et quand Divin Humain ; par David, le Seigneur quant au Divin et quant au Divin Humain ; par David, le Seigneur quant la Divine Royauté, et par les apôtres, le Seigneur quant aux Divines Vrais. Absolument rien de ce qui les concerne n'est perçu dans le Ciel quand la Parole est lue par l'homme, puisque leurs noms ne pénètrent pas dans le Ciel, mais ainsi qu'il vient d'être dit, à la place de ce nom, on y perçoit le Seigneur. C'est pourquoi, dans la Parole qui est dans le Ciel, il n'est jamais fait mention d'eux, parce que cette Parole est le sens interne de la Parole qui est dans le monde.

7. Je peux attester d'après un grand nombre d'expériences qu'il est impossible d'introduire la vie du Ciel en ceux qui dans le monde on mené une vie contraire à celle du Ciel. En effet certains ont cru qu'après la mort ils recevraient facilement les Vrais Divins lorsqu'ils entendraient les anges les expliquer, qu'ils les croiraient et que par suite ils vivraient autrement et pourraient ainsi être  reçus dans le Ciel. Il a été accordé à plusieurs qui avaient été dans une semblable foi d'en faire l'essai, afin qu'ils comprennent qu'après la mort la repentance n'est plus possible. Alors quelques-uns comprirent les vraies, et semblèrent les accepter, mais dès qu'ils furent remis dans la vie de leur amour, ils les rejetèrent aussitôt et parlèrent même contre ces vrais. Certains les rejetèrent immédiatement sans vouloir les entendre. D'autres voulurent qu'on leur ôté la vie de leur amour, contracté dans le monde, et qu'à la place on introduisit la vie angélique ou la vie du Ciel. Mais lorsque la vie de leur amour fut ôtée, par permission du Seigneur, ils restèrent étendus comme mort, ne jouissant plus d'aucune faculté. Par expérience  et par plusieurs autres, les bons esprits simple ont été instruits que la vie de chacun ne peut être changée après la mort. Une vie mauvaise ne peut jamais être  après la mort. Une vie mauvaise  ne peut jamais être  transformée en une vie bonne, ou une vie infernale en une vie angélique, parce que chaque esprit est, de la tête aux pieds, tel qu'est son amour, par conséquent tel qu'est sa vie. Changer cette vie en une vie opposée, c'est détruire entièrement l'esprit. D'après les anges, il est plus facile de changer un hibou en colombe, ou une chouette en oiseau du paradis, qu'un esprit infernal en ange du Ciel. Après la mort, l'homme reste tel qu'avait été sa vie dans le monde, Il est ainsi évident que nul peut être reçu dans le ciel par immédiate miséricorde.

 

  Pour ceux qui veulent approfondir la connaissance divine consultez  les sites internet :


http://fr.groups.yahoo.com/group/SAGESSE-DIVINE ,  http://fr.groups.yahoo.com/group/Chemin_Interieur 


--
Joseph Russo

dimanche 29 septembre 2013

Jeshua : Message du jour


 

Oakbridge University - Jeshua Online

Voici la traduction du message d'aujourd'hui, samedi 28 septembre 2013 (le message du jour) :

 

Chacun et chacune d'entre vous est l'essence christique,

autrement vous ne seriez pas là !

Placez cela au plus profond de votre cœur.

Que veut dire "être d'essence christique" ?

Cela signifie que vous n'êtes limités

ni par le temps ni par l'espace,

ni non plus par ce que vos frères et vos sœurs

disent que vous avez à faire.

Vous n'êtes limités par rien,

si ce n'est par vos propres choix,

et vous êtes libres à tout moment

de choisir quelque chose de tout nouveau.


__._,_.___

__,_._,___

mardi 24 septembre 2013

Imperfections, Fragilités et Échecs : Un Espace de Possibilité



 

Gillian MacBeth-Louthan - Imperfections, Fragilités et Échecs : Un Espace de Possibilité

24 septembre 2013, 08:51
Un Message reçu par Gillian MacBeth-Louthan
 
Imperfections, Fragilités et Échecs : Un Espace de Possibilité
 
Tout est en train de changer et de s'actualiser. La vie devient confuse, insistante et exigeante. Elle demande à ce que vous soyez attentif et à ce que vous écoutiez. Comme une vieille nounou, l'univers vous tire l'oreille et vous pousse du coude afin d'attirer votre attention. Il exige que vous écoutiez avec votre cœur et non avec votre tête. Le cerveau qui avait gardé les choses secrètes est prêt désormais à s'exprimer dans la paix. Il est prêt à vous parler de vous-même. Qui êtes-vous vraiment ? Pourquoi êtes-vous vraiment ce que vous êtes? Vous avez tellement peur de vous regarder. Vous vous occupez de vos relations, de nettoyage, avec inquiétude. Lorsque vous vous arrêtez enfin, vous déconnectez et vous dormez. Vous fonctionnez de l'intérieur vers l'extérieur.
 
 
Tout dans votre monde se dresse devant vous et dit: « Regarde-moi ! Je suis une partie de l'hologramme ( la vie ) dont tu ne tiens pas compte ». Pour vous, les imperfections, les faiblesses et les échecs sont négatifs. Un coup d'œil et vous tournez votre jolie tête, puis vous vous éloignez. Pour l'univers, ce sont des espaces d'opportunités. Ce sont des cadeaux qui demandent à être déballés.
 
 
La vie vous donne constamment. Il y a un équilibre qui doit être respecté entre donner et recevoir. Donnez-vous les miracles dont vous avez besoin afin de vous maintenir à flot pendant les marées basses. Vous savez ces messages magiques de confirmation si nécessaires qui prennent la forme d'un arc en ciel, d'un petit oiseau bleu ou d'une belle rose. Quelque chose qui est là uniquement pour vos yeux et qui est votre cadeau. Lorsque la magie de l'instant parle à voix haute, elle disparaît comme le brouillard dans le soleil du matin. Comment prenez-vous conscience des éléments de magie et des miracles et comment les montrez-vous / en parlez-vous aux autres? La Terre est heureuse de partager ses secrets et vous soutient dans tous vos changements.
 
 
Il est temps de cesser de courir à partir de votre humanité. Le hamster ne va nulle part dans une cage auto-imposée. Les limitations sont toujours auto-imposées. Vous avez appris que pour être une bonne personne, il fallait faire pour les autres et qu'il était égoïste de faire pour soi-même. Vous avez appris à aimer votre prochain comme vous-même, mais est-ce que vous vous aimez ? Est-ce la façon dont vous aimez votre entourage? Les aimez-vous au mieux de votre capacité ou les aimez-vous autant que vous vous aimez, qui est peu ou pas du tout?
 
 

                                                                 SacredLife Mandalas
 
C'est désormais le temps de l'amour de soi, d'apprendre à aimer être humain. Aimez-vous lorsque vous avez un mal de tête en sachant que vous réagissez à votre corps qui vous donne un message de signal. Peut-être avez-vous mangé quelque chose qui n'est plus en accord avec vous, ou bien quelqu'un utilise votre ligne téléphonique psychique.
 
 
Tout dans votre corps vous parle. Tout dans votre monde vous parle, en vous reflétant ce dont vous avez besoin. Répondez à cet appel. C'est un SOS. Donnez l'exemple, sinon il pourrait sembler que ce soit pour tout le monde, sauf pour vous. N'abandonnez pas qui vous êtes. Ne pensez pas que quelque chose ne va pas chez vous. Vous ne pouvez pas rejeter qui vous êtes et devenir autre chose. Vous êtes ce que vous êtes. Honorez qui vous êtes et soyez qui vous êtes en vérité ; cela facilitera la transition. C'est lorsque vous allez à l'encontre du soi que les situations deviennent immobiles comme des montagnes.
 
 
Beaucoup d'entre vous essaient tout simplement de trop en faire. Vous essayez d'ÊTRE. Vous ne devriez pas avoir à essayer d'ÊTRE. Cela devrait être une chose facile à faire. Cela ne devrait pas être quelque chose qui provoque des blocages dans votre champ d'énergie. Ne vous efforcez pas autant d'ÊTRE. Détendez-vous. C'est ce que vous faites naturellement, c'est ce que vous faites le mieux, juste ÊTRE.
 
 
Nous vous demandons de ne pas essayer autant d'être et en même temps de ne pas renoncer. C'est comme un fleuve qui rencontre l'océan. Alors qu'ils se rencontrent, les eaux tourbillonnent, mais finalement tout se calme. N'essayez pas aussi durement, mais n'abandonnez pas non plus. C'est le point à l'intérieur de vous où le fleuve se jette dans l'océan, là où nait la création et où le nouveau reçoit la liberté de prendre son essor. Les humains luttent depuis trop longtemps afin d'être leur vrai soi. Maintenant, il est temps de vous détendre en étant celui que vous êtes vraiment, à être tel que vous apparaissez et à exprimer ce que vous sentez et ressentez vraiment.
 
 
Nous vous demandons d'aller dans le centre de la vague. Visualisez-là au-dessus de vous, en dessous vous, puis surfez sur celle-ci. Ne renoncez pas à ce que vous savez être bon pour vous dans votre cœur. Même si vous ne le voyez pas se manifester, visualisez-le comme si vous étiez en train de regarder un film et que vous en étiez la star. Vous êtes les visionnaires, vous êtes les prophéties, et vous êtes le futur. Vous marchez à l'avant-garde. N'abandonnez pas parce que les autres ne vous comprennent pas. Vous êtes des Êtres magnifiques, magnifiques. Il serait temps que vous vous en aperceviez.
 
 
 
Gillian Mac Beth-Louthan - http://www.thequantumawakening.com/
 
 
 
Traduction Marinette Lépine Cœur noir (cartes)
 http://www.facebook.com/TransLight
email: translight.ml@gmail.com
 
 
Créé, Canalisé, Écrit et publié par Gillian Mac Beth-Louthan (Copyright) – Gillian Mac Beth-Louthan - PO box 217 - Dandridge, Tennessee 37725-0217 - thequantumawakening@hughes.net

__._,_.___

__,_._,___

vendredi 20 septembre 2013

Invitation au silence aujourd'hui et ces jours-ci



Saul, transmis par John Smallman
Aujourd'hui 18 septembre 2013 est une journée très importante pour l'humanité, comme vous le verrez un peu plus tard. (Ici John : je n'ai aucune idée de ce que laisse entendre cette phrase, attendons simplement de voir.)
Comme vous le savez bien, le temps est un aspect important de l'illusion, car il définit la façon dont vous expérimentez la vie en son sein : le passé avec ses nombreux souvenirs, souvent malheureux, et auquel vous vous accrochez souvent avec colère ou regret ; l'avenir que vous attendez avec impatience, espérant des améliorations qui rendront votre vie plus heureuse et plus sûre ; et le présent, en changement permanent à mesure qu'il se déroule et qui passe pourtant souvent inaperçu à vos yeux à moins qu'il arrive quelque chose d'inhabituel ou de frappant.
Un exemple évident de ceci est d'être distrait en conduisant un véhicule à moteur et de provoquer ou frôler un accident ; et pourtant beaucoup d'entre vous se laissent distraire très régulièrement, même en conduisant. Demandez-vous pourquoi ? Et soyez honnêtes avec vous-mêmes. Fondamentalement, vous avez choisi d'être distraits parce que le moment présent semble ennuyeux, et parce que ce que vous faites est tellement facile que vous croyez que vous pourriez le faire les yeux fermés.
Rappelez-vous, il n'y a en vérité pas d'accidents ! Avec sagesse et clairvoyance vous avez, avant de vous incarner, planifié et créé pour vous-mêmes en tant qu'humains des parcours de vie individuels qui vous présentent les leçons que vous avez décidé d'apprendre. Et, comme vous le savez à partir des nombreuses expériences de votre enfance et de votre scolarité, si vous n'êtes pas attentifs vous n'apprenez pas vos leçons et vous avez de mauvaises notes.
Et pourquoi n'êtes-vous pas attentifs ? C'est parce que vous choisissez de vous empêtrer dans les souvenirs d'événements passés, très probablement douloureux, pour imaginer comment vous, ou quelqu'un d'autre, aurait pu ou aurait dû agir différemment. Mais l'événement est passé ; vous ne pouvez pas le changer, comme vous ne le savez que trop bien, et pourtant vous continuez à rejouer ces vieux « disques » parfois très distrayants, à revivre mentalement ces événements et à ré-expérimenter les émotions qui vont avec.
La méditation est fortement recommandée comme moyen de soulager l'excès de stress dans votre vie. C'est, comme vous le savez, une pratique dans laquelle vous choisissez d'être attentifs, d'observer consciemment vos pensées sans y prendre part. Le flux constant de pensées vécu par l'homme est un peu comme lire un mauvais roman ou regarder un mauvais film — ils n'ont pas de scénario significatif, ils passent d'un événement à un autre sans lien entre eux — et quand vous essayez de revenir sur vos pas vers celui où tout a commencé, l'expérience peut être assez surprenante. Le but de la méditation est de réveiller votre conscience afin que vous puissiez arrêter, ou au moins ralentir, le flux constant et généralement sans signification des pensées distrayantes pour être calmement présents, là tout de suite.
De nos jours, la vie en tant qu'humain est pleine à craquer de bruit et de distractions — textes et messages instantanés, appels sur votre téléphone, télévision toujours allumée, musique forte ; et dans une ville, bruit de la circulation et sirènes de la police, des pompiers et des ambulances. Vous avez sérieusement besoin de créer chaque jour un espace disponible pour être tranquilles, seuls et libres de tout ce bruit — intérieur comme extérieur.
Vous êtes capables, chaque jour, de choisir de passer ou non du temps tranquillement pour être en paix dans votre espace intérieur, et en vérité vous faites ce choix. Ce n'est jamais « par hasard » que vous prenez du temps pour méditer ; c'est toujours une décision très consciente, comme celle de simplement oublier de méditer. Vous avez le temps pour une méditation quotidienne, et aucune des excuses auxquelles vous pouvez penser pour ne pas méditer n'est valable. Votre égo n'aime pas que vous méditiez car il perd alors le contrôle sur vous. Par conséquent, lorsque vous essayez de méditer il vous attaque en vous rappelant des choses qui semblent requérir votre attention la plus urgente. Mais bien sûr, dans 95 % des cas il n'en est rien.
C'est pourquoi le message d'aujourd'hui est : « S'il vous plaît, assurez-vous de passer du temps à méditer chaque jour — sans faute ». La méditation soulage votre stress, vos angoisses et vos doutes, mais plus important encore, vous renouvelez en même temps votre intention d'être aimants, compatissants et indulgents, renforçant et fortifiant par là-même le collectif dans son intention de libérer tout ce qui n'est pas dans l'alignement de l'Amour. Dans l'ensemble vous l'avez très bien fait, et certaines des déclarations et des décisions les plus mesurées de vos élus au cours des dernières semaines démontrent l'efficacité de vos efforts collectifs. Maintenez la pression — la pression douce et irrésistible de l'Amour — en ayant conscience qu'il s'agit bien d'une Nouvelle Ère qui se lève sur l'humanité, et que les vieux modes de relation inappropriés entre vous cessent de plus en plus fréquemment de se manifester. Vous êtes en train de transformer le monde, et il est essentiel que vous continuiez à le faire.
Avec tellement d'amour, Saul.

Traduction AD (Anne Duquesne)
Page d'origine : http://johnsmallman.wordpress.com/2013/09/18/please-make-sure-to-spend-time-meditating-each-day-without-fail/
-----
Vous pouvez écouter ce message, lu en anglais par John Smallman lui-même, en cliquant ici : 2013-09-18-saul-audio-blog-for-wednesday-september-18th.mp3


__._,_.___

__,_._,___

dimanche 15 septembre 2013

Correspondance du ciel avec toutes les choses de la terre



Nouvelles révélation du monde divin

 

Correspondance du ciel
Avec toutes les choses de la terre

Swed- C. & E. 87 – 114

 

Décrits par un prophète par les choses qu'il a vu et entendu

 

 

1. On ignore aujourd'hui ce que c'est que la correspondance; il Ya plusieurs raisons de cette ignorance; la principale, c'est que l'homme s'est éloigné du ciel par l'amour de soi et du monde: en effet, celui qui s'aime et aime le monde par-dessus toutes choses, ne considère d'autres objets que les objets mondains, parce qu'ils flattent ses sens externes et sont agréables à ses penchants, et il ne fait aucune attention aux spirituels, parce que ceux-ci flattent seulement les sens internes et ne réjouissent que le mental; aussi les hommes les rejettent loin d'eux, en disant qu'ils ~ont trop élevés pour être du domaine de la pensée. Les Anciens ont agi autrement; la science des correspondances fut pour eux la principale de toutes les sciences; par elle aussi ils puisèrent l'intelligence et la sagesse, et par elle ceux qui étaient de l'Église eurent communication avec le ciel; car la science des correspondances est la science angélique. Les Très Anciens, qui étaient des hommes célestes, pensaient comme les Anges d'après la correspondance même; aussi est-ce pour cela qu'ils s'entretenaient avec les Anges, et que le Seigneur se montrait très souvent à eux et les instruisait. Mais aujourd'hui cette science est si complètement perdue qu'on ne sait pas ce que c'est qu'une correspondance.

2. Maintenant, puisque sans la perception de ce que c'est que la correspondance, on ne peut avoir aucune notion claire du Monde spirituel, ni de son Influx dans le Monde naturel, ni même de ce que c'est que le Spirituel respectivement au Naturel, ni aucune notion claire de l'esprit de l'homme, qui est appelé Ame, ni de l'opération de l'âme dans le corps, ni de l'état de l'homme après la mort, il faut dire par conséquent ce que c'est que la correspondance, et quelle elle est: ce sera aussi préparer la voie pour ce qui doit suivre.

3. Il sera d'abord dit ce que c'est que la Correspondance : Tout le monde naturel correspond au Monde spirituel, et non-seulement le Monde naturel dans le commun, mais encore dans chacune des choses qui le composent j c'est pourquoi chaque chose qui, dans le Monde naturel" existe d'après une chose spirituelle, est dite Correspondante. Il faut qu'on sache que le Monde naturel existe et subsiste d'après le Monde spirituel, absolument comme l'effet d'après sa cause efficiente. On nomme Monde naturel toute cette étendue qui est sous un Soleil et reçoit de lui la chaleur et la lumière, et à ce Monde appartiennent toutes les choses qui de là subsistent; mais le Monde spirituel est le Ciel, et à ce monde appartient tout ce qui est dans les Cieux.

4. Comme l'homme est le Ciel et aussi le Monde dans la forme la plus petite à l'image du Très Grand, il Y a par conséquent chez lui monde spirituel et monde naturel: les intérieurs, qui appartiennent à son Mental et se réfèrent à l'entendement et à la volonté, font son monde spirituel; et les extérieurs, qui appartiennent à  corps et se réfèrent aux sens et aux actions du corps, font son monde naturel: c'est pourquoi tout ce qui, dans son monde naturel, c'est-à-dire, dans son corps et dans les sens et les actions du corps, existe d'après son monde spirituel, c'est-à-dire d'après son mental et d'après l'entendement et la volonté du mental, est appelé Correspondant.

5. Quelle est la Correspondance, on peut le voir dans l'homme d'après sa face: sur une face qui n'a pas été instruite à dissimuler, toutes les affections du mental se  .présentent à la vue dans une forme naturelle comme dans leur type; d'où la face est appelée l'indice du caractère de l'homme, ainsi le monde spirituel de l'homme dans son monde naturel; de même ce qui appartient à l'entendement se manifeste dans le langage, et ce qui appartient à la volonté, dans les gestes du corps. Les choses donc qui s'opèrent dans le corps, que ce soit sur la face, ou dans le langage, ou dans les gestes, sont appelées des correspondances.

6. D'après cela on peut voir aussi ce que c'est que l'homme Interne et ce que c'est que l'homme Externe, c'est-à-dire que l'homme Interne est celui qui est appelé homme spirituel, et l'homme Externe celui qui est appelé homme naturel: on peut voir encore que l'un a été distingué de l'autre, comme le ciel a été distingué du monde j et que toutes les choses qui se font et existent dans l'homme Externe ou naturel, se font et existent d'après l'homme Interne ou spirituel.

7. Ceci a été dit au sujet de la Correspondance de l'homme Interne ou spirituel avec son homme Externe ou naturel; mais dans ce qui va suivre il sera parlé de la Correspondance de tout le Ciel avec toutes les parties de l'homme.

8 ;Il a été montré que le Ciel en entier représente un seul homme, que c'est un homme en image, et qu'en conséquence il est appelé le Très Grand Homme (Homme Cosmique); il a été montré aussi que pal' suite les Sociétés angéliques, dont le ciel est composé, ont été disposées comme le sont dans l'homme les membres, les organes et les viscères; qu'ainsi elles sont, les unes dans la Tète, les autres dans la Poitrine, d'antres dans les Bras, et d'autres dans .chacune des autres parties. Les Sociétés qui sont dans un Membre du Très Grand Homme correspondent donc au membre semblable dans 1'homme; par exemple, celles qui y sont dans la Tête correspondent à la Tête dans l'homme; celles qui y sont dans la Poitrine correspondent à la Poitrine dans l'homme; et celles qui y sont dans les Bras correspondent aux Bras dans l'homme; et ainsi des autres. C'est d'après cette correspondance que l'homme subsiste, car l'homme ne subsiste pas  autrement  que d'après le ciel.

9 ;Que le ciel ait été distingué en deux Royaumes, dont l'un est nommé Royaume céleste, et l'autre, Royaume spirituel, on le voit ci-dessus en son Article: le Royaume céleste en général correspond au Cœur, et à tout ce qui dépend du cœur dans tout le corps; et le Royaume spirituel correspond au Poumon, et à: tout ce qui en dépend dans tout le corps: le Cœur et le Poumon constituent aussi deux royaumes dans l'homme; le Cœur y règne par les artères et les veines, et le Poumon par les fibres nerveuses et motrices, l'un et l'autre dans chaque impulsion et dans chaque action. En chaque homme, dans son monde spirituel qui est appelé son homme spirituel, il y a aussi deux royaumes, l'un appartient à la volonté, et l'autre à l'entendement j la volonté règne par les affections du bien, et l'entendement par les affections du vrai j ces royaumes correspondent aussi aux royaumes du cœur et du poumon dans le corps : il en est de même dans les Cieux; le Royaume céleste est le Volontaire du ciel, et là règne le bien de l'amour; le Royaume spirituel est l'Intellectuel du ciel, et là règne le vrai; ce sont ces choses qui correspondent aux fonctions du Cœur et du Poumon dans l'homme. C'est d'après cette correspondance que le Cœur, dans la Parole, signifie la volonté et aussi le bien de l'amour, et que le souffle pulmonaire signifie l'entende· ment et le vrai de la foi; c'est aussi de là que les affections sont attribuées au cœur, quoiqu'elles n'y soient point et n'en proviennent point

10. La correspondance des deux Royaumes du Ciel avec le Cœur et le Poumon est la Correspondance commune du Ciel avec l'homme; mais il yen a une moins commune avec chacun de ses membres, de ses organes et de ses viscères; il sera aussi rapporté quelle est cette correspondance. Dans le Très Grand Homme, qui est le Ciel, ceux qui sont dans la Tête, sont plus que tous les autres dans tout bien, car ils sont dans l'amour, dans la paix, l'innocence, la sagesse, l'intelligence, et par suite dans la joie et la félicité; ceux-ci influent chez l'homme dans la tête et dans toutes les parties de la tête, et correspondent à ces parties. 11. Dans le Très Grand Homme, qui est le Ciel, ceux qui sont dans la Poitrine sont dans le bien de la charité et de la foi, et influent aussi dans la poitrine de l'homme et y correspondent. Ceux qui, dans le Très Grand

Homme ou le Ciel, sont dans les Lombes et dans les organes destinés à la génération, sont dans l'amour conjugal. Ceux qui sont dans les Pieds, sont dans le bien dernier du Ciel, qui est appelé bien naturel-spirituel. Ceux qui sont dans les Bras et dans les Mains, sont dans la puissance du vrai d'après le bien. Ceux qui sont dans les Yeux, sont dans l'entendement. Ceux qui sont dans les Oreilles, sont dans l'attention et dans l'obéissance. Ceux qui sont dans les Narines, sont dans la perception, Ceux qui sont dans la Bouche et dans la Langue, sont dans l'élocution d'après l'entendement et d'après la perception. Ceux qui sont dans les Reins, sont dans le Vrai qui examine, distingue et corrige. Ceux qui sont dans le Foie, dans le Pancréas et dans la Rate, sont dans différentes purifications du bien et du vrai : ainsi, d'une manière diverse, pour toutes les autres parties. Ils influent dans les parties semblables de l'homme et y correspondent, L'influx du Ciel est dans los fonctions et dans les usages des membres; et les usages, parce qu'ils procèdent du monde spirituel, se forment par des choses semblables qui sont dans le monde naturel, et ainsi se fixent dans l'effet; de là vient la correspondance,

12. C'est de là que ces membres, organes et viscères signifient, dans la Parole, des choses semblables, car dans la Parole tout a une signification selon les correspondances; là, par la Tête il est signifié l'intelligence et la sagesse; par la Poitrine, la charité; par les Lombes, l'amour conjugal; par les Bras et les Mains, la puissance du vrai; par les Pieds, le naturel; par les Yeux, l'entendement; par les Narines, la perception; par les Oreilles, l'obéissance; par les Reins, l'examen du vrai; et ainsi du reste. C'est de là aussi qu'il est familier à l'homme de dire de celui qui est intelligent et sage, qu'il a de la tête; de celui qui est dans la charité, qu'il est un ami de cœur; de celui qui est clans la perception, qu'il a le nez fin; de celui qui est dans l'intelligence, qu'il a l'œil pénétrant; de celui qui est dans la puissance, qu'il a les bras longs; de celui qui veut avec amour, qu'il veut de cœur; ces locutions, et plusieurs autres que l'homme emploie, existent d'après la correspondance, car de telles expressions viennent du monde spirituel, bien que l'homme ne le sache pas.

13. Qu'il y ait une telle correspondance de tout ce qui appartient au Ciel avec tout ce qui appartient à l'homme, c'est ce qui m'a été montré par des expériences multipliées, et tellement multipliées, que j'en ai acquis la confirmation comme d'une chose évidente et hors de doute: mais il est inutile de rapporter ici toutes ces expériences, je ne le pourrais pas non plus à cause de leur grand nombre; on les voit rapportés dans les ARCANES CÉLESTES, aux endroits où il s'agit des Correspondances, des Représentations, de l'Influx du monde spirituel dans le monde naturel, et du Commerce de l'Ame et du Corps .

14. Mais quoique tout ce qui appartient à l'homme, quant au corps, corresponde à tout et qui appartient au ciel, néanmoins l'homme n'est pas l'image du Ciel quant à la forme externe, mais il l'est quant à la forme interne; car les intérieurs de l'homme reçoivent le ciel, et ses extérieurs reçoivent le monde; autant donc ses intérieurs reçoivent le ciel, autant l'homme quant à eux est un Ciel dans la forme la plus petite à l'image du Très Grand; mais autant ses intérieurs ne le reçoivent point, autant il n'est ni un Ciel ni l'image du Très Grand; cependant ses extérieurs qui reçoivent le monde, peuvent être en forme selon l'ordre du monde, et par suite dans une beauté variée; car la beauté externe, qui appartient au corps, tire sa cause des parents et de la formation dans l'utérus, et est ensuite conservée par l'influx commun qui émane du monde: de là résulte que la forme naturelle de l'homme diffère beaucoup de la forme de son homme spirituel. Il m'a quelquefois été montré quel était dans sa forme l'esprit d'un homme, et j'ai vu que dans quelques hommes d'une figure belle et gracieuse, l'esprit était difforme, noir et monstrueux, de sorte qu'on J'aurait pris pour une image de l'enfer et non du ciel; et que dans d'autres qui étaient sans beauté, l'esprit était beau, blanc et angélique: l'esprit de l'homme, après la mort, apparaît aussi tel qu'il avait été dans le corps, quand il vivait en lui dans le monde.

15. Mais la correspondance ne se borne pas à l'homme, et s'étend encore plus loin; en effet, il y a correspondance des Cieux entre eux : au Troisième Ciel ou Ciel intime correspond le second Ciel ou Ciel moyen; et au Second Ciel ou Ciel moyen correspond le premier ou dernier Ciel; et celui-ci correspond dans l'homme aux formes corporelles qui sont nommées membres, organes et viscères: ainsi, c'est dans le Corporel de l'homme que le Ciel se termine en dernier lieu, et il subsiste sur ce corporel comme sur sa base. Mais cet Arcane sera développé plus complètement ailleurs.

16. est indispensable qu'on sache que toute: Correspondance qui existe avec le Ciel, existe avec le Divin Humain du Seigneur, puisque c'est par Lui qu'est le Ciel, et qU'il est Lui-même le Ciel, comme il a été exposé dans les Articles précédents; car si le Divin Humain n'influait pas dans toutes les choses du ciel, et, selon les correspondances, dans toutes les choses du monde, il n'y aurait point d'Ange, et il n'y aurait point d'homme. Par là, on voit de nouveau pourquoi le Seigneur a été fait Homme, et a revêtu son Divin cIe l'Humain, du premier au dernier on voit que cela a eu lieu par la raison que le Divin Humain, d'après lequel existait le Ciel avant l'événement du Seigneur, ne suffisait plus pour soutenir toutes choses, parce que l'homme, qui est la base des cieux, avait renversé et détruit l'ordre. Quant à ce que c'était que le Divin Humain, et quel il était avant l'événement du Seigneur, et quel était alors l'état du Ciel, on le voit dans les Extraits à la fin de l'Article précédent.

17. Les Anges sont dans l'étonnement, quand ils apprennent qu'il y a des hommes qui attribuent tout à la nature et rien au Divin, et qui aussi croient que leur corps, dans lequel ont été réunies tant de choses admirables du ciel, a été composé par la nature, et même que le Rationnel de l'homme en provient aussi, tandis que cependant ils peuvent voir, pour peu qu'ils élèvent leur mental, que de telles choses procèdent du Divin et non de la nature, et que la nature a seulement été créée pour revêtir le spirituel) et le présenter en correspondance dans le dernier de l'ordre: mais les Anges comparent de tels hommes aux hiboux, qui voient dans les ténèbres et n'aperçoivent rien dans la lumière.

18. Dans l'Article précédent, il a été dit ce que c'est que la Correspondance; et de plus il y a été montré que toutes les parties du Corps animal sont, en général et en particulier, des Correspondances; maintenant il faut, en suivant l'ordre, montrer que toutes les choses de la Terre, et en général toutes celles du Monde, sont des Correspondances.

19. Toutes les choses qui appartiennent à la Terre sont distinguées en trois genres, qui sont appelés Règnes, à savoir: le Règne animal, le Règne végétal et le Règne minéral; celles du Règne animal sont des Correspondances dans le premier degré, parce qu'elles vivent; celles du Règne végétal, des Correspondances dans le second degré, parce qu'elles croissent seulement; celles du Règne minéral, des Correspondances du troisième degré, parce qu'elles le Règne animal les êtres animés de différents genres, tant ceux qui marchent et qui rampent sur la terre, que ceux qui volent dans l'air; il est inutile de nommer les espèces, parce qu'elles sont connues. Sont des Correspondances dans le Règne végétal toutes les choses qui, dans les jardins, les forêts, les champs et les plaines, croissent et fleurissent; il est encore inutile de les nommer, parce qu'elles sont de même connues. Sont des Correspondances dans le Règne minéral les métaux nobles et vils à divers degrés; les pierres précieuses et non précieuses; les terres de différents genres, et aussi les eaux. Outre toutes ces choses, sont encore des Correspondances celles qui en sont tirées par l'industrie humaine pour l'usage, comme les aliments, les vêtements, les maisons, les édifices, et beaucoup d'autres choses de tout genre.

20. Les choses qui sont au-dessus de la Terre, comme le Soleil, la Lune, les Etoiles, et aussi celles qui sont dans les Atmosphères, comme les nuages, les brouillards, les pluies, les éclairs, les tonnerres, sont aussi des Correspondances. Celles qui procèdent du Soleil, de sa présence et de son absence, comme la Lumière et l'Ombre, la Chaleur et le Froid, sont encore des Correspondances: il en est de même de celles qui en sont la conséquence, comme les temps de l'année, qu'on nomme Printemps, Eté, Automne et Hiver, et les temps du jour, qu'on nomme Matin, Midi, Soir et Nuit.

21. En un mot, toutes les choses qui existent dans la Nature, depuis la plus petite jusqu'à la plus grande, sont des Correspondances. Elles sont des Correspondances, parce que le Monde naturel avec tout ce qui le constitue, existe et subsiste d'après le Monde spirituel, et l'un ct l'autre d'après le Divin: il est dit aussi qu'il subsiste, parce que tout subsiste d'après ce par quoi il existe, car la subsistance est une perpétuelle existence, et parce que rien ne peut subsister de soi-même; mais toute chose subsiste d'après un antérieur à soi, ainsi d'après un Premier, duquel elle ne peut par conséquent être séparée, sans périr et sans se dissiper entièrement.

22. Tout ce qui, dans la Nature, existe et subsiste d'après l'Ordre Divin, est Correspondant. Ce qui fait l'Ordre Divin, c'est le Divin Bien qui procède du Seigneur; il commence par Lui, il procède de Lui par les Cieux successivement dans le Monde, et s'y termine dans les derniers: les choses qui y sont selon l'Ordre sont des Correspondances: là, sont selon l'ordre toutes les choses qui sont bonnes et parfaites pour l'usage, car tout bien est un bien selon l'usage: la forme se réfère au vrai, parce que le vrai est la forme du bien: c'est de là que toutes les choses qui, dans le Monde entier et dans la nature du Monde, sont dans l'Ordre Divin, se réfèrent au bien et au vrai.

23. Que toutes les choses qui sont dans le monde existent d'après le Divin, et soient revêtues de choses dans la nature, par lesquelles elles puissent y être, remplir leur usage et ainsi correspondre, c'est ce qui est prouvé avec évidence par les particularités qui se présentent, tant dans le Règne animal que dans le Règne végétal; dans l'un et dans l'autre il y en a de telles que chacun peut voir, s'il pense d'après l'intérieur, qu'elles viennent du ciel; parmi ces particularités innombrables, quelques-unes seront rapportées pour illustration. Commençons par quelques-unes dans le Règne animal: Il est connu de beaucoup de personnes que chaque animal possède sa science qui est comme 'innée en lui; les Abeilles savent recueillir le miel des fleurs, construire avec la cire les cellules dans lesquelles elles serrent leur miel, et pourvoir ainsi pour elles et pour les leurs à la nourriture, même pour l'hiver qui doit venir; leur femelle dépose ses œufs, les autres sont il. son service ct les couvrent d'un enduit, afin qu'il en naisse une nouvelle lignée; elles vivent sous une certaine forme de gouvernement, qu'elles connaissent toutes d'après leur sentiment inné; elles conservent les compagnes utiles, et elles chassent les inutiles et les privent de leurs ailes; il existe en outre dans leur gouvernement d'autres choses merveilleuses qui leur viennent du ciel en vue de l'usage; la cire, en effet, sert sur tout le globe au genre humain pour luminaire, et le miel pour apprêter des aliments. Que ne voit-on pas chez les vers qui, dans le Règne animal, sont au plus bas degré? Ils savent se nourrir du suc des feuilles qui leur ~ ont propres, et ensuite, au temps fixé, s'entourer eux mêmes d'une enveloppe, se placer comme dans une matrice, et ainsi donner naissance à une postérité de leur espèce: quelques-uns se changent d'abord en nymphes et en chrysalides: ils produisent des fils, et après le travail accompli, ils sont parés d'un autre corps, ils reçoivent des ailes, volent dans l'air comme dans leur ciel, célèbrent des mariages, déposent des œufs et pourvoient à leur postérité. Outre ces animaux en particulier, tous ceux, en général, qui volent dans l'air connaissent les aliments dont ils se nourrissent, ils savent non-seulement quels ils sont, mais encore où ils sont; ils savent se construire des nids qui diffèrent pour chaque espèce, y pondre des œufs, les couver, faire éclore leurs petits, les nourrir et les chasser du nid quand ils peuvent se suffire à eux mêmes; ils connaissent aussi leurs ennemis qu'ils fuient, et leurs amis avec lesquels il~ s'associent; et cela, dès la. première enfance: je ne parle pas des merveilles que présentent leurs œufs, où sont préparées dans leur ordre toutes les choses nécessaires à la formation et à la nutrition du volatile à l'état d'embryon; je passe aussi sous silence d'autres faits innombrables. Quel est l'homme, pensant avec une raison quelque peu saine, (lui puisse jamais dire que ces merveilles viennent d'autre part que du monde spirituel, auquel le monde naturel vient en aide pour envelopper d'un corps ce qui en provient, ou pour présenter dans l'effet ce qui est spirituel dans la cause? Si les animaux de la terre et les oiseaux du ciel naissent dans toute leur science, et non l'homme, qui cependant l'emporte de beaucoup sur eux, cela ;vient de ce que les animaux sont dans l'ordre de leur vie, et qu'ils n'ont pu détruire ce qu'ils tiennent du monde spirituel, puisqu'ils n'ont point de rationnel: il en est autrement de l'homme, qui pense d'après le monde spirituel; comme il a perverti cette faculté chez lui par une vie contre l'ordre, que le rationnel favorisait, il ne peut par conséquent naitre autrement que dans une pure ignorance, et ensuite il peut par des moyens Divins être ramené dans l'ordre du ciel.

24.Quant aux choses qui appartiennent au Règne Végétal, on peut voir par plusieurs particularités comment elles correspondent; par exemple: Les semences croissent en arbres, développent des feuilles, produisent des fleurs et ensuite des fruits, dans lesquels elles déposent de nouveau des semences; et cela se fait successivement et se présente en même temps dans un ordre si admirable, qu'il ne peut être décrit en peu de mots, il faudrait des volumes, et encore cependant les arcanes intérieurs qui concernent de plus près leurs usages ne pourraient pas être épuisés par la science. Comme ces productions émanent aussi du monde spirituel, ou du ciel, qui est dans la forme de l'homme, ainsi qu'il a été déjà exposé dans son Article, il en résulte aussi que dans ce Règne tous les objets ont une certaine relation avec des choses analogues qui sont chez l'homme; c'est même ce qui a été reconnu par plusieurs dans le Monde savant. Que toutes les choses qui sont dans ce Règne soient aussi des correspondances, c'est ce qui est devenu évident pour moi d'après de nombreuses expériences ; car très souvent, lorsque j'étais dans des Jardins, et que j'y examinais les arbres, les fruits, les fleurs et les légumes, j'ai rell1arqué les correspondances dans le Ciel, et me suis entretenu avec ceux chez qui elles étaient, et j'ai été instruit d'où elles provenaient, et quelles elles étaient.

25. Mais connaître les choses spirituelles qui sont dans le Ciel, auxquelles correspondent les choses naturelles qui sont dans le monde, personne aujourd'hui ne le peut, si ce n'est d'après le Ciel, puisque la Science des correspondances est aujourd'hui entièrement perdue; toutefois, je vais par quelques exemples mettre en lumière quelle est la correspondance des choses spirituelles avec les naturelles. Les animaux de la terre en général correspondent aux affections; ceux qui sont doux et utiles, aux affections bonnes; ceux qui sont sauvages et inutiles, aux affections mauvaises: en particulier, les bœufs et les taureaux correspondent aux affections du mental naturel; les brebis et les agneaux, aux affections du mental spirituel; et les volatiles selon leurs espèces correspondent aux intellectuels de l'un et de l'autre mental. De là vient que divers animaux, tels que les bœufs, taureaux, béliers, brebis, chèvres, boucs, agneaux mâles et femelles, et aussi les colombes et les tourterelles, avaient été admis pour un usage saint dans l'Église israélite, qui était une Église Représentative, et qu'avec ces animaux se faisaient les sacrifices et les holocaustes; dans cet usage, en effet, ils correspondaient à des choses spirituelles, qui étaient comprises dans le ciel selon les correspondances. Que les animaux, selon leurs genres et leurs espèces, soient même des affections, c'est parce qu'ils vivent, et que chacun n'a la vie que d'après une affection et selon cette affection; c'est de là que chaque animal a une science innée selon l'affection de sa vie: l'homme aussi est semblable aux animaux quant à son homme naturel; c'est pourquoi même il est généralement

26. d'usage, dans le langage, de le comparer à des animaux; de dire, par exemple, que c'est une brebis ou un agneau, s'il est doux; un ours ou un loup, s'il est féroce; un renard ou un serpent, s'il est astucieux, et ainsi de suite.

27. Il Ya une semblable correspondance avec les choses qui sont dans le Règne végétal: un Jardin, en général, correspond au ciel quant à l'intelligence et à la sagesse, c'est pour cela que le Ciel est appelé Jardin de Dieu et Paradis, et par l'homme aussi, Paradis céleste. Les arbres, selon leurs espèces, correspondent aux perceptions et aux connaissances du bien et du vrai, d'où procèdent l'intelligence et la sagesse; c'est pourquoi les Anciens, qui étaient clans la science d8s correspondances, avaient leur culte saint dans des Bocages; et c'est de là que, dans la Parole, si souvent des arbres sont nommés, et que le Ciel, l'Église et l'Homme sont comparés à des arbres, au Cep, à l'Olivier, au Cèdre et à d'autres; et que les bonnes œuvres sont comparées à des fruits. Les aliments qui en proviennent, surtout ceux que l'on tire des semences de la récolte des champs, correspondent aux affections du bien et du vrai, par la raison que ces affections nourrissent la vie spirituelle, comme les aliments terrestres nourrissent la vie naturelle. De là, le Pain en général correspond à l'affection de tout bien, parce que le pain, plus que tous les autres aliments, soutient la vie, et parce que par lui est entendue toute Nourriture: c'est à cause de cette

28. correspondance que le Seigneur se nomme le Pain de vie: c'est aussi pour la même raison que des Pains furent en usage saint dans l'Église israëlite, car ils étaient placés sur la Table dans le Tabernacle, et appelés Pains des faces: c'est encore pour la même raison que tout le Culte Divin, qui se faisait par des sacrifices et des holocaustes, était nommé Pain: c'est même à cause de cette Correspondance que, dans l'Église chrétienne, l'acte le plus saint du Culte est la Sainte Cène, dans laquelle on donne du Pain et du Vin. D'après ce peu d'exemples on peut voir quelle est la Correspondance.

29. Disons encore en quelques mots comment la conjonction du ciel avec le monde se fait par les correspondances : Le Royaume du Seigneur est le Royaume des fins qui sont des usages, ou, ce qui est la même chose, le Royaume des usages qui sont des fins: c'est pour cela que l'Univers a été créé et formé par le Divin, de telle sorte que les usages puissent partout être revêtus de choses par lesquelles ils soient présentés en acte ou en effet, d'abord dans le Ciel et ensuite dans le monde, ainsi par degrés et successivement jusqu'aux derniers de la nature : de là, il est évident que la correspondance des choses naturelles avec les spirituelles, ou du monde avec le ciel, se fait par les usages, et que les usages conjoignent; et que les formes, dont les usages ont été revêtus, ne sont des correspondances et ne sont des conjonctions seulement qu'en tant qu'elles sont les formes des usages. Dans la nature du Monde, dans son triple Règne, toutes les choses qui existent selon l'ordre sont les formes des usages, ou des effets formés d'après l'usage pour l'usage; c'est pour cela que les choses qui y sont, sont des correspondances. Mais, chez l'homme, autant celui-ci vit selon l'ordre Divin, par conséquent dans l'amour envers le Seigneur et dans la charité à l'égard du prochain, autant ses actes sont des usages dans une forme, et sont des correspondances par lesquelles il est conjoint au Ciel; aimer le Seigneur et le prochain, c'est en général remplir des usages. En outre, il faut qu'on sache que c'est par l'homme que le monde naturel est conjoint au monde spirituel, ou que l'homme est le moyen de conjonction; car en lui il ya le monde naturel et il y a aussi le monde spirituel, autant donc l'homme est spirituel, autant il est un moyen de conjonction; mais autant il est naturel et non spirituel, autant il n'est point un moyen de conjonction: toutefois, l'influx Divin, sans le moyen de l'homme, n'en persiste pas moins dans le monde, et aussi dans les choses du monde qui sont chez l'homme, mais il ne persiste pas dans son rationnel.

30. De même que toutes les choses qui sont selon l'ordre Divin correspondent au Ciel, de même toutes celles qui sont contre l'ordre Divin correspondent à l'Enfer: celles qui correspondent au Ciel se réfèrent toutes au bien et au vrai; celles qui correspondent à l'Enfer se réfèrent toutes au mal et au faux,

31. Maintenant il sera dit quelque chose de la Science des correspondances et de son usage: il a été dit ci-dessus que le Monde spirituel, qui est le Ciel, a été conjoint au Monde naturel par les correspondances j de là résulte que par les correspondances l'homme a communication avec le ciel; en effet, les Anges du Ciel ne pensent pas, comme l'homme, d'après les choses naturelles; c'est pourquoi, lorsque l'homme est dans la science des correspondances, il peut être avec les Anges quant aux pensées de son mental, et ainsi être conjoint à eux quant à son homme spirituel ou interne. C'est afin qu'il y ait conjonction du Ciel avec l'homme, que la Parole a été écrite par de pures correspondances; en effet, toutes et chacune des choses qui sont dans la Parole, correspondent: si donc l'homme était dans la science des correspondances, il comprendrait la Parole quant à son sens spirituel, et par là il lui serait donné de connaître des arcanes dont il n'aperçoit aucune trace dans le sens de la lettre : il y a, en effet, dans la Parole, un sens littéral et un sens spirituel; le sens littéral consiste en choses telles que celles qui sont dans le monde, mais le sens spirituel consiste en choses telles que celles qui sont dans le Ciel; et comme la conjonction du ciel avec le monde existe par les correspondances, c'est pour cela qu'il a été donné une telle Parole, dans laquelle tout jusqu'à un iota correspond,

32, J'ai été instruit du Ciel, que, sur notre Terre, les Très Anciens, qui étaient des hommes célestes, pensaient d'après les correspondances mêmes, et que les choses naturelles du monde, qui étaient sous leurs yeux, leur servaient de moyens de penser ainsi; que ces hommes, étant tels, avaient été consociés aux Anges avec lesquels ils avaient aussi des entretiens, et qu'ainsi le Ciel avait été par eux enjoint au Monde j c'est de là que ce Temps fut appelé Siècle d'or; les Écrivains de l'antiquité disent même, en parlant de ce siècle, que les habitants des cieux demeuraient avec les hommes, et avaient avec eux des liaisons intimes comme des amis avec des amis. J'ai aussi été instruit qu'après les temps de ces hommes, ceux qui les remplacèrent, pensaient non d'après les correspondances mêmes, mais d'après la science des  correspondances, et qu'il existait encore alors une conjonction du ciel avec l'homme, mais non pas aussi intime; c'est leur Temps qui est appelé Siècle d'argent; -que plus tard il en vint d'autres qui connaissaient, il est vrai, les correspondances, mais qui ne pensaient pas d'après la science des correspondances, et cela, parce qu'ils étaient dans le bien naturel, et non comme leurs prédécesseurs dans le bien spirituel; leur Temps fut appelé Siècle d'airain: qu'après les temps de ceux-ci, l'homme devint successivement Externe, et enfin Corporel, et qu'alors la science des correspondances fut entièrement perdue, et avec elle la connaissance du ciel et d'un grand nombre de choses qui appartiennent au Ciel. Si ces Temps ont été appelés Siècles d'or, d'argent et d'airain, ce fut aussi d'après la correspondance, parce que, d'après la correspondance, l'Or signifie le bien céleste dans lequel étaient les Très Anciens; l'Argent, le bien spirituel dans lequel étaient les Anciens, qui vinrent après eux j et l'Airain, le bien naturel dans lequel vivait leur postérité immédiate: mais le Fer, qui a donné son nom au dernier siècle, signifie un vrai dur privé de bien.

 

-- 

Joseph Russo

vendredi 6 septembre 2013

Le royaume de Dieu




Nouvelles révélations du Christ Lui-même

9/ G.E.J. / 71-74

 

Le Christ explique :

 

Le royaume de Dieu –

ce que signifie manger Sa chair et boire Son sang

Ce que signifie œuvrer selon la parole de Dieu

 

LE CHRIST : Et ce qu'est le royaume de Dieu, où et comment il se développe en l'homme même et en lui seul, Je l'ai expliqué; vous devez donc bien comprendre qu'il ne faudra pas croire ceux qui crieront : "Le voici, le voilà !" Car, de même que l'esprit est au-dedans de l'homme et que tout ce qui, en lui, est vie, pensée, sentiment, savoir et volonté émane d'abord de son esprit avant d'imprégner toutes ses fibres, de même, le royaume de Dieu, qui est le vrai royaume de la vie spirituelle, ne se trouve qu'en l'homme et ne lui est en aucun cas extérieur.

2. Qui retient bien cela et en comprend pleinement la vérité vivante, aucun faux prophète ne pourra jamais rien lui faire ; mais celui qui, dans son âme, est comme une girouette ou comme un roseau, celui-là trouvera certes difficilement le havre paisible et lumineux de la vie. Aussi, ne soyez pas vous-mêmes des girouettes ni des roseaux, mais de vrais rochers vivants contre qui les tempêtes et les vautours ne pourront rien ! – Avez-vous bien compris cela maintenant ? »

3… le royaume de Dieu est venu à vous et qu'il est avec vous et au milieu de vous ; mais cela ne suffit pas encore pour atteindre et pour recevoir pleinement la vie éternelle de l'âme, parce que, si le royaume de Dieu est bien venu à vous en Moi, il n'est pas encore pour autant tout à fait entré en vous, ce qui n'arrivera et ne pourra arriver que lorsque, sans aucun égard pour le monde, vous aurez pleinement embrassé Ma doctrine de toute votre volonté, et que vous la mettrez donc tout à fait en pratique. Quand ce sera le cas, vous ne direz plus : "Christ est venu à nous, et avec Lui le royaume de Dieu, et Il est avec nous et parmi nous ! ", mais : "Ce n'est plus moi qui vis, mais Christ qui vit en moi !" Quand cela vous sera arrivé, alors, vous comprendrez et vivrez pleinement que le royaume de Dieu ne vient pas à l'homme et en lui avec une pompe extérieure, mais que c'est en l'homme qu'il se développe et qu'il élève l'âme vers la vie éternelle, l'y fortifie et l'y maintient.

4. Il faut certes d'abord montrer le chemin à l'homme de l'extérieur, à travers la parole divine venue des cieux, et on peut ainsi lui dire : "La paix soit avec toi, car le royaume de Dieu est proche !" Mais pour autant, l'homme n'est pas encore dans le royaume de Dieu, ni le royaume de Dieu en lui.

5. Mais, dès que l'homme se met à croire sans douter et qu'il vivifie sa foi en mettant la doctrine en pratique, le royaume de Dieu commence à se développer en lui, de même qu'au printemps la vie se met à croître visiblement de l'intérieur dans la plante, quand celle-ci, éclairée et réchauffée par la lumière du soleil, est poussée à une activité intérieure.

6. Il est vrai que toute vie est en quelque sorte suscitée et éveillée de l'extérieur - mais ensuite, tout procède de l'intérieur vers l'extérieur, naissance, développement, croissance, formation et consolidation.

7. De même, les animaux et les hommes doivent d'abord prendre leur nourriture à l'extérieur ; mais ce qu'ils mangent et boivent est encore loin d'être la véritable nourriture du corps : celle-ci passe d'abord dans l'estomac avant de se diriger vers toutes les parties du corps. Or, de même que l'estomac est en quelque sorte le coeur nourricier de la vie du corps, le coeur de l'homme est l'estomac nourricier grâce auquel l'âme éveille l'esprit divin en elle, et Ma doctrine est la vraie nourriture et la vraie boisson de vie pour l'estomac de l'âme.

8. C'est ainsi que, lorsque J'enseigne aux hommes, Je suis le vrai pain de vie nourricier venu des cieux, et les actes conformes à Ma doctrine sont une vraie boisson de vie, un vin excellent et très fort qui vivifie l'homme tout entier à travers son esprit et l'illumine tout entier par la flamme très clair du feu de son amour. Qui mange de ce pain et boit de ce vin ne verra, ne goûtera ni ne sentira plus jamais la mort.

9. Si vous avez compris cela, agissez en conséquence, et Mes paroles deviendront en vous une parfaite vérité vivante ! »

- Le pain et la chair sont une seule et même chose, et de même le vin et le sang ; celui qui, dans Ma parole, mange le pain du ciel, et qui, en agissant selon cette parole, donc en pratiquant le véritable amour tout à fait désintéressé de Dieu et du prochain, boit le vin de vie, celui-là mange de Ma chair et boit de Mon sang. Car, de même que le pain naturel que mange l'homme devient sa chair et que le vin qu'il boit devient son sang, le pain de Ma parole devient chair dans l'âme de l'homme et le vin des actes de charité devient sang.

10. Et quand Je dis que quelqu'un mange de Ma chair, cela veut dire qu'il reçoit Ma parole non pas seulement dans sa mémoire et dans l'intelligence de son cerveau, mais aussi dans son coeur, qui, comme il a été dit, est l'estomac de l'âme, et de même pour le vin des actes de charité, qui n'est déjà plus vin, mais sang de vie ; car la mémoire et la raison de l'homme sont avec son coeur presque dans le même rapport que sa bouche avec son estomac naturel. Tant que le pain naturel est encore dans sa bouche et sous ses dents, il n'est pas encore chair, mais pain ; mais lorsque, ayant été mâché, il descend dans son estomac et s'y mêle aux sucs digestifs, il est déjà chair, parce que déjà semblable à la chair, selon ses éléments nutritifs subtils. Et il en va de même du vin, ou aussi bien de l'eau, qui renferme en elle la substance du vin, car la vigne mourrait sans l'eau qui donne vie à la terre qui nourrit toutes les plantes et les bêtes. Tant que le vin est encore dans ta bouche, il ne devient pas sang, mais il le devient bientôt dès qu'il est dans ton estomac.

11. Ainsi donc, qui entend Ma parole et la garde en mémoire, garde le pain dans la bouche de l'âme. Lorsqu'il se met à y réfléchir sérieusement dans son cerveau, il mâche le pain avec les dents de son âme ; car l'intelligence du cerveau est à l'âme ce que sont au corps de l'homme les dents de sa bouche.

12. Une fois que Mon pain, donc Ma doctrine, a été mâché par l'intelligence du cerveau, donc compris et accepté comme une vérité parfaite, il doit encore être reçu comme vérité par l'amour du coeur, et mis en oeuvre avec une volonté ferme.

Lorsque cela arrive, la parole devient chair et, par la ferme volonté agissante, également sang de l'âme, qui, dans l'âme, est Mon esprit, sans lequel elle serait aussi morte qu'un corps privé de sang.

13. Quant à la ferme volonté agissante, elle est semblable à la faculté de bien digérer de l'estomac physique, qui permet à tout le corps de rester en bonne santé et fort ; et si la faculté digestive de l'estomac est faible, le corps tout entier devient malade et s'affaiblit, même avec la nourriture la meilleure et la plus pure.

14. Et il en va de même de l'âme, au coeur de laquelle la volonté d'oeuvrer selon la doctrine est quelque peu faible. Elle ne parvient pas à acquérir une vraie force spirituelle, penche tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, conçoit facilement toutes sortes de doutes et de scrupules, et goûte tantôt une nourriture, tantôt une autre, cherchant si l'une d'elles lui profitera mieux. Mais cela ne suffit jamais à guérir tout à fait cette âme déjà faible. "Mais, vous demandez-vous, n'est-il donc plus possible de guérir vraiment une âme affaiblie ?" Mais si, Je vous le dis. Et comment ? »

15- « Voici : lorsqu'une personne a l'estomac faible, elle doit prendre une décoction d'herbes que vous connaissez bien, et qui chasseront les mets mal digérés de l'estomac et des entrailles par les voies naturelles connues ; or, les mets mal digérés sont pareils aux hésitations de l'âme qui se demande si elle doit vraiment croire ceci ou cela, et agir en conséquence.

16. Que faut-il faire, au sens naturel, une fois que l'estomac faible est nettoyé, pour qu'il retrouve sa force et la conserve ? Que la personne s'active, qu'elle se meuve suffisamment dans un air frais et pur, et son estomac retrouvera toute sa force. Et, voyez-vous, l'âme doit faire de même ! Elle doit purifier son coeur de toutes les doctrines, les notions et les idées erronées, recevoir en elle en tout amour et en toute croyance la vérité que Je vous enseigne, puis s'activer et agir en conséquence,et cela lui rendra bientôt toute sa force et lui permettra de la conserver durablement !

17. Aussi, vous tous, ne vous contentez pas d'entendre Ma parole, mais mettez-la aussitôt en pratique avec zèle et détermination, et toutes les hésitations et les doutes disparaîtront bien vite de votre âme.

18. Or, l'estomac de l'âme agit exactement, lorsqu'il est fort et parfaitement sain, comme l'estomac naturel du corps, qui, s'il est solide et en bonne santé, est capable d'absorber sans dommage toutes sortes d'aliments purs et, au besoin, impurs, parce que son activité chasse tout ce qui est impur, ou même le transforme. Et c'est ainsi que tout est pur à celui qui est pur, et que même les émanations les plus pestilentielles de l'enfer ne peuvent lui causer aucun dommage spirituel.

19. Quand vous serez entrés en pleine possession de Mon royaume en vous, vous pourrez marcher sur les vipères et les scorpions et boire les poisons de l'enfer sans que cela ne vous fasse plus rien.

20. Si vous avez bien compris tout cela, vous devez bien voir à présent dans toute sa vérité vivante ce que J'ai voulu vous faire entendre à Capharnaüm lorsque Je parlais de "manger Ma chair" et de "boire Mon sang", et vous ne direz sans doute plus désormais que c'est là une dure leçon.

21. Il est déjà bien difficile d'expliquer assez complètement à la raison purement humaine l'origine des choses et des phénomènes du monde naturel pour la libérer de toutes les erreurs qui alimentent les pires superstitions, et lui montrer ainsi la voie de la vérité ; combien plus difficile est-il donc de faire comprendre à l'intelligence du seul cerveau, et de rendre visibles à l'âme, les choses, les forces, les actes et les phénomènes invisibles, purement spirituels et divins !

22. C'est pourquoi Je vous le dis toujours : vous ne serez initiés à la connaissance parfaite des choses spirituelles et divines et de leurs effets que lorsque vous serez pleinement régénérés dans Mon esprit de la manière que Je vous ai clairement montrée en détail. À présent, demandez-vous si vous avez bien compris tout cela dans toute sa profondeur de vérité. » « En vérité, en vérité Je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en Mon nom vous sera accordé ! Car parmi les hommes, si totalement mauvais qu'ils soient pour la plupart, est-il un seul père qui donne une pierre à son enfant qui lui demande un morceau de pain, ou un serpent à sa fille qui lui demande un poisson ?

23. Et si même les hommes, qui, comme Je l'ai dit, sont purement mauvais, donnent de bonnes choses à leurs enfants, le Père céleste, qui seul est parfaitement bon, ne sera-t-Il pas d'autant plus généreux envers ceux qui L'en prient avec foi et amour ?

24. Aussi, soyez toujours gais et de bonne humeur ; car, dans Sa bonté parfaite, le Père veille toujours sur vous et S'occupe de votre bien-être et du salut de votre âme.

25. Or, le Père est en Moi comme Je suis en Lui pour l'éternité, et Je vous assure pleinement que Je ne vous laisserai jamais orphelins jusqu'à la fin des temps de cette terre.

26. En vérité Je vous le dis : si quelqu'un M'aime véritablement et observe Mes commandements, Je viendrai à lui et Me révélerai à lui, et chacun pourra donc se convaincre qu'il n'est pas orphelin en ce monde ! Mais que ceux à qui Je Me révélerai ainsi ne gardent pas cela pour eux seuls, mais le partagent avec leurs frères, afin qu'ils soient eux aussi consolés et fortifiés.

27. Celui qui, de bon gré, fortifiera les faibles, consolera les affligés et viendra en aide à ceux qui souffrent recevra pour tout cela dix fois Ma récompense de vie, soyez-en toujours pleinement assurés ! »

N.B. Si ce nos mails ne sont pas de votre gré, suffit de nous renseigner et votre adresse sera supprimé tout de suite, sans problèmes !  Pour ceux qui veulent approfondir la connaissance divine consultez  les sites internet : http://fr.groups.yahoo.com/group/SAGESSE-DIVINE ,  http://fr.groups.yahoo.com/group/Chemin_Interieur 

--
Joseph Russo

Sil-te-plaît, pardonne moi

L'effet de vos pensées, de vos paroles

Et si nous créerions le monde autrement...

Méditation guidée

Méditer

Vibration de Saint Germain Le beau Danube bleu

Vibration du Maître ascensionné Saint Germain La valse de l empereur